16 Janvier 2018

Burkina Faso: Capture du dividende démographique

Une délégation du Fonds des Nations unies pour la population et de l'Union des religieux et coutumiers du Burkina, conduite par le directeur régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, Mabingue Ngom, a été reçue en audience par le Moogho Naaba Baongo dans son palais royal, le mardi 16 janvier 2018.

Dans sa démarche pour l'atteinte du dividende démographique, le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) veut l'accompagnement des leaders coutumiers et religieux.

Une ambition qui a sous-tendu l'audience accordée à la délégation de UNFPA et de l'Union des religieux et coutumiers du Burkina (URCB), conduite par le directeur régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, Mabingue Ngom et la représentante- résidente du Fonds au Burkina Faso, Dr Edwige Adekambi Domingo. «Nous sommes venus le féliciter pour avoir eu le Prix du président Macky Sall pour la paix.

Ce qui confirme son leadership au niveau national et continental. Nous avons profité pour discuter avec lui, des questions de populations et de développement», a confié M. Ngom à sa sortie d'audience.

Il a souligné la disposition du Moogho Naaba Baongo à soutenir les efforts en cours au Burkina Faso pour la promotion de la paix, la planification familiale et la capture du dividende démographique. Et sur cet aspect, le directeur régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre a insisté sur le rôle des leaders coutumiers et religieux.

Car, pour lui, la capture du dividende démographique ne saurait être une réalité, si les questions de planification familiale, de mortalité maternelle et infantile, de l'éducation des enfants, des filles et de la gouvernance ne sont pas réglées.

«La plupart de ces problématiques sont ancrées dans certaines pratiques sociales. Etant donné que ces leaders sont écoutés et respectés, qu'ils ont une grande capacité de mobilisation, ils sont indispensables dans la sensibilisation pour un changement qui nous permettra de capturer le dividende démographique», a-t-il dit.

Il a ajouté : «Si les problèmes sont au niveau communautaire, il est logique de passer par les leaders de ces communautés. C'est pourquoi ils sont des partenaires incontournables de toute action de promotion, de transformation sociale dont l'Afrique a besoin».

A ce propos, le coordonnateur de l'URCB, Dr Youssouphe Kientéga a décliné leur responsabilité dans la promotion de bonnes valeurs en santé maternelle et infantile. Chaque confession, a-t-il dit, se fonde sur les livres saints pour les chrétiens et les musulmans et les valeurs traditionnelles pour les traditionnalistes afin de faire passer le bon message.

«Nous puisons dans ces référentiels pour accompagner les gouvernants dans leur politique de gouvernance», a indiqué Dr Kientéga.

Il a annoncé en perspective la tenue d'un forum sous régional à Ouagadougou en avril 2018 sur la contribution des leaders religieux et coutumiers dans la promotion de la santé maternelle, infantile, l'éducation de la jeunesse et l'abandon des mariages forcés ou précoces.

Burkina Faso

Africallia 2018 - Ouagadougou accueille plus de 600 hommes et femmes d'affaires du monde

La salle des banquets de Ouaga 2000 s'est revêtue de ses plus beaux apparats ce 22 février pour la… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.