17 Janvier 2018

Congo-Brazzaville: Accord de paix de Kinkala - Début des travaux de la commission ad hoc mixte paritaire

Inscrite au point 2 de l'accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités dans le département du Pool signé le 23 décembre 2017, la commission ad hoc mixte paritaire, composée de douze représentants du gouvernement et de douze autres du pasteur Ntoumi, a commencé ses travaux le 17 janvier à Brazzaville, sous la présidence du ministre de l'Intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou.

Les membres de la commission ad hoc mixte paritaire vont examiner et adopter quelques points non évoqués dans l'accord, entre autres : le mandat d'arrêt visant le pasteur Ntoumi ; les modalités d'exécution de l'opération de démobilisation, désarmement et réinsertion des ex-combattants ; la reconstruction des villages entiers détruits par les affres de la guerre et le retour de la population dans les villages respectifs ; ainsi que certaines doléances exprimées par le chef des ninjas dans une vidéo audio diffusée sur les réseaux sociaux après la signature de l'accord de paix de Kinkala.

Dans son mot d'ouverture de la réunion, Raymond Zéphirin Mboulou a rappelé aux membres de la commission que le peuple congolais ne leur pardonnera jamais s'ils ne parviennent pas à créer des conditions pour le rétablissement définitif de la paix dans le Pool.

« Le Congo est notre pays et nous devons le servir. Ce service est une exigence qui commande loyauté, abnégation et volonté sans cesse renouvelée de conduire notre patrie vers les expressions achevées des valeurs positives, notamment la liberté, le développement, la paix, la dignité et la fierté. Voilà le devoir qui est le nôtre et qui résonne au tréfonds de nous-mêmes comme un impératif », a déclaré le ministre de l'Intérieur et de la décentralisation.

Par ailleurs, Raymond Zéphirin Mboulou a rappelé aux membres de la commission ad hoc qu'ils n'ont pas le droit de mettre en péril la vie des Congolais, moins encore de continuer à entacher le Congo du sang de ses fils. « Nous n'avons pas le droit, pendant que les autres pays évoluent en terme de développement et de modernisation, de faire reculer et ensevelir le nôtre dans un conflit dont finalement la principale victime est la population du Pool ; parce qu'elle ne mérite pas ce qu'elle subit voilà déjà une année », a-t-il insisté.

En outre, il a appelé les membres de la commission ad hoc à donner un sens positif aux actions à mener pour la pacification du Pool. « Dans la sérénité et la confiance, j'invite les membres de notre commission à travailler en privilégiant les intérêts supérieurs de la nation et en promouvant la paix. Il y a un temps pour faire la guerre et un temps pour la paix. Le temps de la paix est arrivé. Travaillons donc dans ce sens ; les yeux rivés vers cette valeur divine », a-t-il conclu.

Congo-Brazzaville

Football - Vers un match amical contre la Côte d'Ivoire à Paris?

D'après plusieurs joueurs, le programme des Diables rouges a été totalement chamboulé.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.