18 Janvier 2018

Sénégal: Négociations entre gouvernement et syndicats d'enseignants en avril 2015 - Retour sur un procès-verbal qui sauva l'année

Il aura fallu attendre une série de négociations entre le gouvernement et les syndicats d'enseignants pour sauver l'année académique 2015.

Avec l'appui des médiateurs, les deux acteurs majeurs du système éducatif avaient consigné dans un procès-verbal, une kyrielle de mesures en réponse aux points inscrits dans le protocole d'accords de février 2014. Sud Quotidien revient sur les différents points du procès-verbal avec un échéancier clairement défini, et qui avaient fini de convaincre les enseignants de reprendre le chemin des classes.

Qu'en est-il des accords retenus entre le gouvernement et les syndicats d'enseignants ? La dernière rencontre entre le premier ministre et les enseignants, le vendredi 24 avril 2015 á 16 heures à Dakar, a été le déclic d'un énième sauvetage d'une année académique 2015/2016. En présence du collectif des médiateurs, notamment les parlementaires, les membres du Cese, du Hcds, de la Fenapes, la rencontre était une occasion pour le gouvernement, selon Boun Abdallah, «d'apporter des réponses précises par rapport à l'application des accords signés avec les syndicats».

Formation des instituteurs adjoints

En appréciant le niveau d'exécution des points de la plateforme minimale des revendications, le gouvernement avait donné des garanties échelonnées pour la matérialisation des points. Sur la question de la formation des enseignants, le gouvernement avait déclaré que l'engagement des 21 678 instituteurs adjoints se déroulera durant les mois d'août et de septembre 2015. Les 200 millions de francs CFA destinés au financement de la formation sont déjà disponibles. La formation se fera dans les lycées et le gouvernement prendra toutes dispositions utiles.

«Les modules ont été faits de telle sorte que la formation tire en longueur. Certains Crfpe n'ont pas encore proclamé les résultats. Ce personnel peine à être titularisé comme instituteurs » souligne Oumar Waly Zoumaroudu Grand cadre des syndicats d'enseignants.

Lenteurs dans la délivrance des actes

Revenant sur les lenteurs dans la délivrance des actes administratifs, de la mise en solde et du paiement des rappels, l'engagement du gouvernement était de payer le «reliquat des rappels entre mai et juillet 2015, après la mise sur pied d'une task-force au niveau ministère de l'économie, des Finances et du Plan pour procéder au chargement de tous les actes issus de l'opération coup de poing». «La situation est déplorable. Ce sont des dizaines de milliers d'enseignants qui n'avancent pas. Ils n'ont pas d'acte de validation, de titularisations ou de mise en solde. Ils ont fait exprès de retarder les actes de titulaires», a relevé Zoumarou du Gcse.

Habitat social : l'équation des Zac

En ce qui concerne l'habitat social, le Premier ministre avait demandé aux ministres concernés d'établir le schéma global définitif pour la prise en charge des problèmes au niveau des ZAC. «Le financement de 800 millions de francs CFA destiné à l'aménagement des ZAC sera disponible par LFR à partir de juin 2015. Les deux milliards destinés à la ZAC de Ziguinchor, feront l'objet d'une programmation à partir de 2016», avait promis le Premier ministre.

«Il est complément passé à côté. Aucune avancée n'a été notée. C'est deux ans après que le président de la République se prononce sur la question à l'occasion de son discours de fin d'année 2018 ». Et le ministre Mariama Sarr dit que «ce sera en mars 2018 que les Zac de Richard Toll, Kolda, Ourossogui seront disponibles. C'est une annonce. Aucune Zac n'est disponible. Pour le moment», nous fait savoir Oumar Waly Zoumarou.

Indemnités de logement et le déséquilibre des finances publiques

Indemnités de logement : voilà un point sur lequel le gouvernement avait joué la carte de la prudence en signifiant aux enseignants que «le niveau de paiement des salaires au Sénégal a atteint le seuil autorisé par les bailleurs et toute augmentation pourrait entraîner un déséquilibre préjudiciable à la bonne tenue de nos finances publiques ». Après une séance de partage des résultats de l'étude sur les indemnités des agents de l'Etat, les syndicats d'enseignants continuent de crier au scandale et demandent par ricochet une augmentation sans délai du régime indemnitaire.

Rappel des années de volontariat, de vacation et de contractualisation

Sur la validation au 2/3 avec rappel des années de volontariat, de vacation et de contractualisation pour les professeurs contractuels (Pc) et les Maîtres contractuels (Mc) reclassés comme fonctionnaires, les «dépôts des dossiers des enseignants concernés», déclarait le Pm dans le procès-verbal du Gcse, « pourront démarrer à partir du 15 mai 2015. Le comité ad 'hoc se réunira le 28 avril 2015 pour définir les modalités et les conditions de paiement des rappels et la nomenclature des dossiers. D'ici fin Juin, le montant retenu par le comité ad 'hoc pourrait être pris en charge dans le cadre de la loi des finances rectificative de 2015».

« Une machine est là pour retarder les actes de validation, avec un processus de dépôt très lourd. Depuis 2016, il y a des enseignants qui n'ont même un projet de numéro », dixit Zoumarou.

Devant les syndicats d'enseignants, le Premier ministre le PM avait réaffirmé son attachement à la mobilité professionnelle avant de donner des instructions au ministre de l'éducation pour la redynamisation des commissions gestiondémocratique, cas sociaux et rapprochement de conjoints.

Sénégal

Procès de Khalifa Sall - La défense abat ses dernières cartes

Au tribunal de Dakar, les avocats de Khalifa Sall ont joué sur tous les plans en terminant leurs plaidoiries en… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.