18 Janvier 2018

Gabon: BICIG - La version des faits de la Direction générale

La Direction générale de la Banque Internationale pour le Commerce et l'Industrie du Gabon(BICIG) a organisé une conférence de presse ce jeudi 18 janvier 2018 à Libreville.

Conférence de presse au cours de laquelle, la direction générale de l'institution bancaire gabonaise a donné sa version des faits face à l'incident survenu hier mercredi en matinée. Un incident dont ont été victimes les clients de ladite banque. Un huissier de justice a fait irruption dans les agences du centre-ville et d'Oloumi, exigeant l'arrêt du service à la clientèle, pour, dit-il, procéder à l'identification des biens meubles corporels de la banque dans le cadre d'une procédure de saisie forcée.

Serein devant les micros et caméras, Claude Ayo-Iguendha, Directeur général de la Banque Internationale pour le Commerce et l'Industrie du Gabon(BICIG) a livré sa version des faits de l'incident survenu mercredi aux environs de 10h00.Le DG de Bicig a expliqué que : « un huissier de justice a fait irruption dans nos agences du centre-ville et d'Oloumi et exigé l'arrêt du service à la clientèle pour procéder à l'identification des biens meubles corporels de la banque dans le cadre d'une procédure de saisie vente forcée .Nous avons obtempéré à la démarche qui a terminé son inventaire en fin d'après-midi ».

La présence des policiers aux alentours de la Bicig a attiré l'attention, non seulement des clients pris de panique, mais également de la foule. D'où la rumeur, s'est répandu comme une trainée de poudre, comme quoi, la Bicig est en faillite et risque de plier bagage. Il n'en n'est rien de tout cela, rassure le Directeur général de cette institution bancaire. « Il s'agit d'une affaire qui oppose deux de nos clients. Dans cette affaire, la Bicig a été condamnée aux causes de la saisie, mais cette décision n'a pas encore acquis autorité de la chose jugée puisque des voies de recours ont été exercées. A l'heure où je parle, ce dossier est sur la table du Juge de l'Exécution », précise-t-il.

Poursuivant ses propos, Claude Ayo-Iguendha, reconnait que cet incident a pénalisé la clientèle de la banque. Clientèle auprès de laquelle, il présente, au nom de la direction générale, toutes leurs excuses. Il promet discuter avec les autorités compétentes pour que pareille situation ne se reproduise plus. Car dit-il : « Ce genre d'incident ternit l'image de nos institutions financières et même de notre pays ». Le Directeur général de la Banque Internationale pour le Commerce et l'Industrie du Gabon(BICIG) a appelé la clientèle et son personnel à la sérénité. Il a rassuré quant à la cette procédure et que les activités de la banque ne sont en rien perturbées. La Bicig, dira-t-il pour terminer, se porte bien et est solide financièrement.

Gabon

Fibre optique - Les réseaux interconnectés seront inaugurés fin mars

C'est l'une des décisions majeures prises, le 22 février à Kintélé, dans la banlieue… Plus »

Copyright © 2018 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.