18 Janvier 2018

Madagascar: Morondava - Une mineure enlevée et violée

Une fille âgée de 16 ans a été kidnappée puis violée par quatre braqueurs armés, mardi à 22h, à Nosikely-Morondava.

Triple crime abominable à Morondava. Un gang de quatre individus armés de pistolet automatique et de hache a commis un braquage, un kidnapping et un viol à Nosikely en une nuit. Les faits ont commencé, mardi à 22 heures précises, dans un bar, selon la police. Le bistrot était encore ouvert lorsque ces bandits, dont deux cagoulés, ont fait irruption. À l'intérieur, ils ont menacé les clients avec leurs armes, ne laissant personne sortir. « Ils ont tenté de nous dépouiller l'un après l'autre, mais n'ont pas réussi. Cela avait pris beaucoup de temps. Ils ont alors emporté une baffle et un ordinateur portable du buffet », a témoigné un client au commissariat.

Le commando a saisi la fille du propriétaire du comptoir et l'a emmenée avec eux. Pris de panique au moment des faits, les noctambules n'ont pas eu l'idée de poursuivre la trace des ravisseurs. Quelques minutes plus tard, les parents de la victime ont avisé les forces de l'ordre. Une poursuite des malfaiteurs a été, dans la foulée, engagée. Une dizaines d'éléments d'intervention a été déployée un peu partout pour l'opération de ratissage durant toute la nuit.

Laisser faire

Vers minuit, les kidnappeurs ont passé un coup de fil aux parents de la fille et leur ont réclamé une rançon de 8 millions d'ariary, menaçant la vie de l'otage. Les nerfs à vif, la famille a cherché par tous les moyens à compléter cet argent, mais n'a pu réunir que 4 millions d'ariary.

Le commissaire s'est fait passer pour le père de la fille et a essayé de piéger les bandits lors du paiement de la rançon en pleine nuit. « L'un des malfrats est sorti de la forêt de Betania, près du port où ils ont séquestré l'otage, mais ils se sont tous enfuis dès que le fokonolona les a aperçus », a rapporté un policier. La tentative d'arrestation s'est avérée infructueuse.

La fille n'a pu quitter la forêt que le matin à cause de la marée haute. La police et les villageois l'ont retrouvée, hier à 5h du matin, épuisée, blessée et souffrant atrocement. « Elle a pris des coups et a été sexuellement agressée », a confié un médecin de l'hôpital principal de Namahora où elle se trouve toujours. Des indices et renseignements sur les fuyards ont été déjà traités par les enquêteurs et une arrestation aura bientôt lieu, selon les informations recueillies.

Madagascar

Travaux publics et infrastructures - Les financements de la BAD continuent

La Banque Africaine de Développement (BAD) ne s'immisce pas dans les affaires politiques internes de Madagascar.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.