18 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Matadi a perdu sa beauté d'autrefois !

Au fil des jours sinon, des années, les matadiens se réveillent estomaqués de constater que leur ville a perdu sa beauté d'autrefois. Chaque jour qui passe et chaque année qui s'écoule, cette ville silencieuse comme une chatte, se transforme à grand pas en un grand village. Une situation qui fait faire la lippe aux matadiennes et matadiens de pur sang.

C'est dans la douleur, la tristesse et les pleurs doublées d'une grande amertume que les matadiens ont terminé 2017 et commencé cette nouvelle année qu'ils estiment catastrophique pour leur ville d'autant plus qu'elle semble martyrisée et sinistrée. Les pluies diluviennes et torrentielles qui s'abattent sur la ville prouvent que Matadi se meurt. Les dégâts sont toujours énormes. Victime du laisser-faire et candidate résignée à une disparition programmée, la ville de Matadi n'a plus de repère. A son visage désolant, sa voirie n'a jamais rassuré. Ce qui donne des insomnies à la population de ce grand village de 3 communes où la promiscuité est écœurante.

Que l'on soit en plein centre-ville ou à travers toutes les trois communes, la circulation n'y est pas aisée. L'eau stagne et, poussière et boue s'agglutinent partout. Les artères, rues et avenues sont défoncées sinon en constante dégradation. Partir du rond-point Stade pour arriver au rond-point Belvédère ou du rond-point Stade au rond-point Minkondo en passant par la montagne Kasu, devient très courbaturable.

En ville, étales et piétons, éclaboussés au passage de chaque véhicule, se disputent la chaussée car les trottoirs sont devenus des échoppes. Toujours en ville, les artères sont toutes effondrées, sauf l'avenue Major Vangu réhabilitée par Fuka Unzola alors gouverneur de province. Certaines d'autres comme Kinkanda, la plaine à Damar (PP) Garage TP, etc, se sont transformées en marigots, tandis que celle de la Gare à l'hôtel qui porte le même nom et celle qui va de la Cité de la gare à l'avenue Poto-Poto, elle-même en destruction aussi, sont des vrais sentiers.

La commune de Nzanza autrefois « molakisi », n'échappe à la négligence et à l'abandon réglé. Partir du Rond-point jusqu'au Camp Thys (Banana actuellement) devient un parcours de combattant. Car l'avenue Nouvelle est coupée au risque d'engloutir quelques maisons au niveau de Boba Bar. Les voitures l'ont d'ailleurs désertée depuis; atteindre le quartier Banana au Marché Pompage devient très acrobatique.

Voitures et motos cahotent et s'esquintent alors que vers les années 80 on pouvait facilement rouler sur ce tronçon jusqu'à arriver en ville en passant par le Cercle social de l'Onatra, le Camp des Policiers Onatra via Hôtel Elida et ancien débarcadère (Libongo). Notez que le Cercle social de l'Onatra qui fut un beau cadre récréatif et éducatif n'est plus accessible. N'y est resté que des bâtiments.

Dans la commune de Nzanza toujours, la route du 27 octobre construite par l'ancien gouverneur Fuka Unzola se délabre et s'étrécit sans émouvoir qui que ce soit. Comme pour dire : «meurs et tu iras au ciel». L'avenue Moanda reliant cette commune de Nzanza à celle de Mvuzi et Matadi à partir de l'hôtel Solebo, voire triangle, est pleine de gros nids de poule et pourra à tout moment séparer ces 3 communes. Il suffit d'un petit rien pour que la circulation y soit interdite. Surtout lorsqu'à chaque tombée de la pluie l'eau s'accumule pendant longtemps rendant les chaussées impraticables et insalubres.

Faudra-t-il attendre des hommes de la trempe de Fuka Unzola pour que Matadi revête sa nouvelle robe de chef-lieu de la province du Kongo Central ? Le mandat de Floribert Mbatshi Batshia à la tête du gouvernorat allait quelque peu changer l'image de cette ville avec l'embellissement des ronds-points en plus de la réhabilitation de quelques infrastructures routières ça et là. Et après ? C'est l'expectative et le statu quo. Quid ?

Congo-Kinshasa

Au moins 52 cas d'Ebola et 22 morts selon un nouveau bilan officiel de l'OMS

Dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC), le nouveau bilan de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.