18 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Kongo Central - A quand la fin des travaux du Stade Lumumba à Matadi ?

La question est sur toutes les lèvres. Les travaux de construction du Stade Lumumba, débaptisé Stade Joseph Kabila le jour de leur lancement, finiront, finiront pas ? Les jeunes de Matadi, en particulier, et du Kongo Central, en général, continuent à se poser cette question jusque-là sans réponse étant donné que la promesse de construire les infrastructures sportives était faite pour l'ensemble de la province.

C'est ce qui a justifié que l'ouverture desdits travaux ait démarré avec pompe et grand bruit à Matadi et Boma dans la perspective d'aller à Moanda, Kisantu, Mbanza-Ngungu, Kasangulu, Lukula, Tshela et pourquoi pas là où besoin, il en était.

Dans la volupté des paroles et gestes qui accompagnaient le lancement de ces travaux, une promesse ferme avait été faite. Oh triomphalisme quand tu nous prends ! Il avait été dit que la clé de ces infrastructures sportives allait être remise au public bénéficiaire dans un délai de dix-huit (18) mois. Cas de Stade Lumumba (Joseph Kabila) et de Socol (Joseph Kasa-Vubu).

Du coup, les chinois étaient entrés dans la danse et avaient commencé les travaux de démolition des Stades Lumumba et Socol à Matadi et Boma. Et vint la remise des briques d'argent en public à l'entreprise Zengwen pour le début des travaux. Quelle joie pour la population, les jeunes en premier, de voir les travaux débutés sur le chapeau des roues à Matadi. Il s'ensuivra les visites du site, la destruction des maisons environnantes et le dédommagement de leurs propriétaires, l'ajout d'autres acomptes aux constructions suite aux avenants au contrat, etc.

Malgré tous ces agrégats, les travaux avançaient normalement au bonheur de la jeunesse sportive, surtout à Matadi. Le site était enfin ouvert aux visites guidées et de contrôle d'évaluation par des différentes personnes, autorités politiques, membres de la FECOFA,... et d'autres groupes d'individus. Tous ceux qui ont eu à défiler étant unanimes que les travaux devraient connaître une fin certaine après avoir apprécié l'architecture de cette œuvre grandiose qui doit faire la fierté et l'honneur du Kongo Central, en plus qu'elle allait contribuer au développement du Sport de la province qui n'allait plus rien à envier à la capitale Kinshasa.

Bien que connaissant quelques interruptions intermittentes, ces travaux donnaient l'espoir à cette jeunesse qui a perdu le goût d'une bonne pratique de leur sport roi parce que le pis-aller du terrain Damar en Ville-Basse n'était qu'un «trompe-pieds » ; car ce terrain de Damar peut être tout sauf un terrain de football moderne. Du moins pour ceux qui savent qu'est-ce que c'est le football. Mais hélas ! Pendant que tout espoir était permis, quant à la fin normale, de ces travaux, qui ont commencé concomitamment avec ceux de la construction du nouveau bâtiment du gouvernorat, du côté Stade Lumumba/Joseph Kabila, c'est l'arrêt net.

Rien n'y bouge et aucune autre explication n'est fournie jusque-là sur cet arrêt alors que le délai prévu et annoncé au public est largement dépassé. Reprendront-ils, ne reprendront-ils pas, finiront-ils ou ne finiront-ils pas ? C'est le doute dans les esprits de la jeunesse qui se voit pris pour le dindon de la farce genre maître Pathelin. Par ce ressentiment de dégoût vis-à-vis des «charmeurs», la jeunesse croit qu'on s'est simplement moqué d'elle par ces travaux de séduction et de charme.

Si les autorités savaient qu'une jeunesse qui manque de réjouissance saine est une jeunesse vouée à l'oisiveté, au dévergondage et autres actes d'antivaleurs, les Kuluna, par exemple, une jeunesse sans divertissement et loisirs sains est un danger public !

Avant sa démolition et après «l'amoncement» de tout ce qui s'y trouve, la « cour Lumumba » ne sert plus à rien ; il est un site bon à rien sauf aux chinois qui y ont logé leur Containeur. Une expropriation méchante, se lamente le public. Faute de terminer ces travaux, la jeunesse de Matadi voudrait que le terrain Lumumba soit remis à son état initial, car mieux vaux un rat qu'un éléphant blanc ou rose.

Même ressentiment ou frustration chez les jeunes de Boma également qui estiment avoir été tournés en bourriques pour avoir applaudi la destruction de leur Stade Socol aujourd'hui devenu une forêt impénétrable où logent rats et autres bestioles sans espoir d'y pratiquer encore le sport. Oh démagogie quand tu nous tue !

En toute fin utile, il faut dire que l'achèvement des travaux du Stade Lumumba et la construction du Stade Socol peuvent s'avérer un leurre. Et, pour conclure, disons que construire sans terminer n'est autre chose que détruire ! Qui dit mieux !

Congo-Kinshasa

Grands lacs - Les armées rwandaise et congolaise sur le pied de guerre

À la suite des affrontements des militaires des deux pays, le 13 février, dans la zone frontalière… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.