18 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Au cours d'une matinée politique de CCU - 17 janvier - Lambert Mende prône la réconciliation des Congolais avec le travail

A l'occasion de la commémoration des 57 ans de l'assassinat du Héros National, Patrice Emery Lumumba, avec ses compagnons Joseph Okito et Maurice Mpolo, le mercredi 17 janvier 2018, Lambert Mende Omalanga, Autorité morale de la Convention des Congolais Unis, parti politique proche de la Majorité présidentielle en République Démocratique a présidé une matinée politique ayant regroupé les cadres et militants du parti mais aussi, des invités de marque, en l'occurrence Maître Kilolo de l'UDECO et Jean-Claude Baende, Gouverneur honoraire de l'ex. Province de l'Equateur. Deux événements en une seule manifestation, la cérémonie haute en couleur a tout aussi permis, à l'autorité morale en présence du président national Omer Muswanza, de procéder à l'inauguration du nouveau siège du parti, situé sur l'avenue Ndjombo, dans la Commune de Ngiri-Ngiri.

La cérémonie s'est vite transformée en une séance magistrale ou académique au regard du discours musclé prononcé par Mende. Sur un ton ferme, l'Autorité morale de la CCU a répliqué, coup sur coup, aux récentes déclarations au sommet de l'Eglise catholique qui a taxé les dirigeants congolais des médiocres qui doivent dégager. D'après lui, en effet, 57 ans après, la RDC reste buttée aujourd'hui aux remous provoqués par quelques acteurs politiques et sociaux, et pas des moindres, au service d'un quarteron d'hommes d'influence de l'ancienne métropole coloniale en marge des procédures démocratiques tracées souverainement par les Congolais.

Il a commencé par retracer la genèse ou l'origine des faits saillants ayant conduit Patrice Emery Lumumba à l'assassinat parce que, dit-il, taxé par les mêmes qui ont la même rhétorique sophiste, paternaliste et méprisant qui faisaient passer Patrice Lumumba pour un dangereux communiste et définissaient cette doctrine politique par des véritables légendes terrifiantes. Et de poursuivre, que de telles légendes ont rendu possibles les comportements suicidaires et fratricides à l'instar de ce peloton de Congolais commandés par deux sous officiers belges qui ont passé la gâchette pour tuer Patrice Emery Lumumba le 17 janvier 1961 à Shilatembo près de Lubumbashi dans le Haut-Katanga.

Plus curieux que cela puisse paraître, s'exclame Mende, ceux qui ont livré Lumumba le qualifiant non seulement de communisme, mais aussi, qu'il instaura un esprit d'hégémonie faisant état que votre femme c'est la femme de tout le monde, votre vélo c'est le vélo de tout le monde, commence aujourd'hui, à l'acensé dans des discours prononcés le jour de sa commémoration en la Cathédrale Notre Dame du Congo. "Ces prophètes qu'il qualifie de faux mais pleins de talents commencent à faire allégeance à un petit pays comme la Belgique avec l'intention de déstabiliser le Congo. Pour Mende Omalanga, on a l'impression que ces gens en, quête de raccourcis vers les prébendes et le pouvoir et surtout pour leurs mentors en Belgique, les Congolais ne sont que la chair à canon malléable et corvéable à volonté. "Il n'est pas exagéré d'affirmer qu'ils ont, pour ainsi dire, vendu leur âme à ces puissants groupes d'intérêts qui semblent ne plus vouloir des élections dont ils ne seraient pas assurés de contrôler les résultats au mieux de leurs propres agendas particuliers", argumente Mende.

Rien de décriant dans le discours du pasteur Ekofo

Sur un autre registre, le ministre Mende dit n'avoir rien trouvé de décriant dans les propos du pasteur François Ekofo, à la Cathédrale du Centenaire protestant lors de la commémoration de 17ème anniversaire de Mzee Kabila, contrairement à ceux qui ont cru que le pasteur a tiré à boulet rouge sur le pouvoir de Kinshasa, à l'instar du Cardinal Laurent Monsengwo. "La RDC, aujourd'hui est confronté à un véritable offensive révisionniste de la part de ces forces nostalgiques auxquelles le prédicateur du temple du centenaire protestant a demandé du haut de l'autel, de laisser le Congo aux mains des seuls Congolais. En effet, le Porte-parole du gouvernement souhaite que les Congolais puissent mettre fin à la culture de la main tendue. Par ailleurs, pour éviter les convoitises de toute part, il préconise les services militaires à tous les jeunes qui terminent leurs études et ce, à l'instar d'Israël. En définitive, la CCU met à la portée de la République son programme d'action qui s'articule autour de 6 (six) essentiels à savoir :

La relance de la production nationale. Partant, il faut qu'il y ait réconciliation des hommes et des femmes du Congo avec le travail et les faire renoncer à la culture du moindre effort et de la main tendue.

La défense des intérêts nationaux envers et contre les convoitises extérieures qui prennent des formes tantôt insidieuses.

La citoyenneté responsable qui est un état d'esprit nationaliste qui permet de nuancer les effets sur l'univers mental qui cherche à créer le matraquage médiatique des forces internationales négatives qui depuis des temps immémoriaux ont fait subir des affres de tous genres aux congolais. Notamment, les mains coupées, la chicotte, les corvées, les cas Lumumba, Kimpa Vita, Mzee Kabila, etc.

Tous ces points

Outre les aspects mentionnés plus haut, il a été prôné aussi, la maitrise de la science et de la technologie pour permettre au pays d'être compétitive et non dépendant, la promotion inconditionnelle de la souveraineté nationale de la RDC qui souffre du Congo-bashing, la lutte contre les antivaleurs, le révisionnisme et le chaos qui font tourner en rond nombre de pays du sud.

Congo-Kinshasa

Super coupe d'Afrique - Wydad-Mazembe à guichet fermé

La Super Coupe d'Afrique se déroulera ce samedi à partir de 16h30 GMT au complexe Mohammed V de… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.