18 Janvier 2018

Burkina Faso: Santé en milieu carcéral - Expertise France veut humaniser les prisons

L'atelier de restitution de l'enquête sur les conditions sanitaires au niveau des établissements pénitentiaires du Burkina Faso, organisé par Expertise France et Prisonniers sans frontières, a eu lieu, le vendredi 12 janvier 2018, à Ouagadougou.

La santé en milieu carcéral préoccupe les autorités burkinabè et les partenaires au développement. C'est cette inquiétude qui a motivé la mise en œuvre par Expertise France et Prisonniers sans frontières (PRSF), du Projet : « Améliorer les conditions sanitaires des établissements et lieux de détention du Burkina Faso ». Une initiative lancée le 18 avril 2017, dans la capitale burkinabè. Le projet a été financé à hauteur de 559 millions de F CFA. Prévu pour une durée de 27 mois, les promoteurs ont jugé opportun d'entamer le projet par une enquête sur l'état des lieux des conditions sanitaires dans les établissements pénitentiaires. Le diagnostic réalisé en juillet 2017, a été restitué au cours d'un atelier, le 12 janvier 2018, à Ouagadougou. L'étude a concerné 26 Maisons d'arrêt et de correction (MAC), un centre pénitentiaire agricole et un centre pénitentiaire pour mineurs. 787 détenus dont 597 hommes, 79 femmes et 104 mineurs ont pris part à l'enquête.

Le document présenté mentionne que l'âge moyen des enquêtés est 29,53 ans avec un minimum de 12 ans et un maximum de 78 ans. Il est, par ailleurs, ressorti que sur une capacité théorique de 4980 détenus, les Maisons d'arrêt et de correction renferment 6368 prisonniers au moment du passage des enquêteurs. Soit un taux d'occupation de 136%. Sur les MAC visitées, six (la MACO, la Prison de haute sécurité, celle de Bobo-Dioulasso, Ouahigouya, Gaoua et Tenkodogo) ont une infirmerie disposant de locaux de plus d'une salle, 20 ont un seul local faisant office d'infirmerie et une n'a pas d'infirmerie. Il s'agit de celle de Yako. « Au niveau des établissements pénitentiaires, les conditions d'hygiène sont précaires, les installations d'assainissement sont sommaires, la qualité de l'alimentation est décriée et les comportements à risques pour la santé sont courants », a reconnu le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des sceaux, René Bagoro.

Pour lui, c'est la nécessité de mieux organiser les interventions de santé au niveau carcéral qui a justifié la création récente d'une direction centrale de la santé et de l'action sociale au niveau de la direction générale de la garde de sécurité pénitentiaire. Le coordonnateur du projet, Harouna Traoré, a insisté sur l'objectif premier de leur programme qui est d'humaniser les prisons. De son avis, les prochaines interventions seront axées sur la formation des acteurs des prisons, la réhabilitation ou construction de points d'eau, de blocs de latrines ou douches, d'aération, d'acquisition d'équipements d'hygiène... Le projet prévoit également l'amélioration de la prise en charge sanitaire des détenus et des personnels pénitentiaires.

Expertise France est une agence publique de la coopération technique internationale française. Elle intervient autour de quatre axes prioritaires : la gouvernance démocratique, économique et financière, la sécurité internationale, la stabilité et paix, le développement durable et le renforcement des systèmes de santé, protection sociale et emploi. Dans ces domaines, Expertise France assure des missions d'ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement des capacités, mobilise de l'expertise technique et joue un rôle d'ensemblier de projets faisant intervenir de l'expertise publique et des savoir-faire privés.

Burkina Faso

Opération de Ragnongo - l'UPC «salue le patriotisme des forces de défense et de sécurité»

"L'Union pour le Progrès et le Changement a appris le démantèlement d'une cellule terroriste… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.