21 Janvier 2018

Cameroun: Succession Kommegne - Dr. Kamdem Lucien lève l'équivoque sur les malentendus

Bayangam dans le département du Koung-khi, région de l'Ouest a abrité ce Samedi 13 Janvier 2018, une importante cérémonie funéraire ayant connu la présence remarquable d'un parterre hétéroclite de personnalités, administratives, législatives, judiciaires, militaires, traditionnelles et religieuses, ainsi que les amis de la famille KOMMEGNE venus nombreux pour la célébration de la mémoire du regretté KOMMEGNE Godefroy, décédé il ya sept ans aujourd'hui, et celle des dames Frida, Marthe et Philomène.

Parmi les temps forts de ces funérailles, l'intronisation du successeur traditionnel de KOMMEGNE Godefroy qui n'est autre que MOTZEBO Gabriel, alors désigné à l'issue d'un conseil de famille tenu à Foumban dans leur case natale, au lendemain de la mort de leur père, KOMMEGNE Godefroy. MOTZEBO Gabriel ainsi que les deux cohéritiers vont donc, en prélude à la cérémonie officielle et protocolaire de samedi dernier, « s'asseoir sur la chaise » selon la tradition Bamiléké. Mais en réalité, l'on se saurait ignorer la présence d'un malaise née de la contestation par certains fils du défunt qui semblaient dénoncer le hold-up dans le processus de désignation de MOTZEBO Gabriel comme héritier.

Cependant, pour éclairer l'opinion au sujet de cette succession dont les remous étaient perceptibles, l'ainé de la famille, Dr. Kamdem Lucien, a tenu à lever l'équivoque publiquement sur la question, en relatant l'histoire de cette succession. « Après le décès de notre feu père, en l'absence d'un testament, nous nous sommes réunis à Bayangam pour régler le problème de succession. En ma qualité d'ainé de la famille KOMMEGNE et de régent, consécutivement à ce décès, j'ai pointé mon cadet MOTZEBO Gabriel pour nous conduire désormais. Ce choix a été opéré par estain d'ami de papa que j'étais. Bon nombre de mes cadets ont applaudi, pendant que certains rechignaient. Ces derniers ont alors proposé que l'on procède par vote et par devant témoins.

C'est ainsi que nous nous sommes déportés dans la case natale à Foumban, afin d'organiser ce conseil de famille en présence des membres et amis de la famille. Il convient de noter que le colonel CHEPING Emmanuel, notre cousin, était le modérateur de la séance. Notre maman, MAYAP Thérèse était bel et bien présente. Aux cotés de MOTZEBO Gabriel par moi désigné, deux autres enfants se sont portés candidats. Et le vote, comme par coïncidence, a réaffirmé MOTZEBO Gabriel comme successeur traditionnel de notre feu père KOMMEGNE Godefroy. Comme quoi, l'ami du père ne se trompe jamais. Ce conseil de famille a été conforme à la loi, légalisé pour servir et valoir ce que de droit », a-t-il indiqué.

Brassage culturel à nulle autre pareil

Des explications du Dr Kamdem, il ressort que la légitimité de MOTZEBO Gabriel est bel et bien établie, contrairement à ce que faisaient croire certaines mauvaises langues, qui n'avaient visiblement d'autres buts que de semer le désordre et voir cette famille dans la débandade. Dans son allocution, l'unique d'ailleurs de la circonstance, Dr. Kamdem Lucien va saluer de tout cœur, le soutien des autorités de tout bord pour leur implication accrue à cet évènement, aussi et surtout la présence du Fon de Nsongwa venu tout droit de la région du Nord-ouest, à la tête d'une importante délégation avec des groupes de danse qui ont donné à voir et à savourer les rythmes les plus envoutantes de la région des gentlemen, aux côtés des autres groupes de l'Ouest Cameroun.

Un vrai brassage culturel. « Sept années se sont écoulées. Après messe de requiem sur messe de requiem, nous avons enfin décidé de commémorer, en ce jour du 13 Janvier 2018, le héro KOMMEGNE Godefroy de la plus belle des manières. En dépit de quelques remous dus à nos obédiences religieuses différentes et à quelques incompréhensions, Dieu tout puissant nous a permis d'être ici ce jour et en fête. C'est le lieu ici de remercier sincèrement M. le Sous-préfet de l'Arrondissement de Bayangam, sa majesté chef supérieur pour leur soutien incommensurable dans l'effectivité de cette cérémonie. Un merci particulier au Fon de Nsongwa qui s'est déplacé avec une trentaine de personnes dans un contexte politique mouvementé.

Thank you very much for your love, cameroon is one. Je remercie de tout cœur le colonel CHEPING qui a accepté de garder les principaux attributs de papa KOMMEGNE. Mille fois merci cher parrain de nous avoir conduit les trois samedi dernier à nous asseoir sur nos chaises traditionnelles dans notre concession. Un grand merci à Ta'a Souop Tchuembu, notre grand-père, pour nous avoir nominé. Un merci particulier à chacun d'entre vous pour vos apports multiformes pour la parfaite réussite de cette cérémonie. C'est aussi le lieu d'indiquer que c'est M. MOTZEBO Gabriel qui comme par hasard a continué à payer la dîme au nom de son feu père pendant ces sept années écoulées. A ce titre, je vous remets à M. le curée de Bayangam afin qu'il continu à perpétuer les travaux du père à l'Eglise. En retro, sur le plan traditionnel, je le remets à Teku Tchuenmegne pour action », a-t-il ajouté pour terminer ses propos.

Après le culte d'action de grâce dite par le curée de Bayangam et le rituel d'intronisation officiel, le successeur, MOTZEBO Gabriel, lui qui était l'un des maillons forts de l'organisation de cette manifestation, peut alors, au nom de la famille KOMMEGNE et de la grande famille SOUOP Tchuembu, remercier l'assistance et appeler ses frères à l'unité, pour l'essor de la famille. Tout est bien qui finit bien !

Cameroun

L'ambassadeur américain convoqué après ses propos polémiques

Yaoundé convoque l'ambassadeur des Etats-Unis et exprime « sa vive désapprobation »… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.