22 Janvier 2018

Cameroun: Douala - Le port à la reconquête de son espace

Une opération de réappropriation lancée en vue du développement et de la modernisation des infrastructures portuaires.

«Audépart, c'étaient des femmes qui venaient vendre de la nourriture aux travailleurs du port. Puis des pêcheurs qui ne campaient que quelques jours. Avec le temps, les gens ont construit et se sont installés... ». D'après ce cadre du Port autonome de Douala, c'est ainsi qu'a commencé, il y a plusieurs années, l'occupation anarchique du site. La pratique a prospéré, prenant des formes diverses.

« Sur les mille hectares de son emprise originelle, le port occupe aujourd'hui moins de la moitié », ajoute notre source. En décembre 2016, le rapport d'une étude sur les limites précises du port remis au ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, avait permis de se faire une idée claire de la situation. Laquelle imposait des mesures. Les casses enregistrées ce 16 janvier au lieudit Essengue, dans la zone portuaire, s'inscrivaient dans cette logique.

De fait, le port de Douala, qui ambitionne de devenir un pôle de référence dans le Golfe de Guinée, et doit pour cela relever le défi de la concurrence internationale, envisage un nouveau déploiement. Il a donc besoin que tous ses espaces occupés à tort soient libérés - et souhaite même en acquérir de nouveaux, à en croire la direction générale du Pad -, afin d'entamer un processus d'extension qui sera un des garants de sa compétitivité.

Dès la fin 2016, les projets avaient été annoncés : étendre le terminal à conteneurs ; créer un nouveau parc à véhicules sécurisé ; aménager des zones d'attente de camions ; créer une zone urbano-portuaire, sorte de tampon entre la ville et le port, etc. Dans la foulée, il était question de recenser les occupants effectifs de la zone portuaire, prendre les actes appropriés face aux situations de présence illégale (déguerpissements, annulation des titres fonciers frauduleux, etc.), entre autres.

Certains projets arrivés à maturité devraient être lancés en 2018, portant spécialement sur l'aménagement de la voirie. Il s'agit particulièrement de la création d'une voie de contournement en zone aval du Port de Douala ; la réhabilitation de la route d'accès Chantier naval/Base Elf ; la construction d'aires de stockage en zone aval ; etc.

En outre, les travaux de construction de la route « Transimex-Mira », longue de trois kilomètres, censés démarrer sous peu, vont contribuer au développement de la zone portuaire aval, permettant par exemple le désengorgement de toutes les activités dans ce secteur qui abrite, entre autres, les bases logistiques des pays de l'Hinterland (Tchad et Rca). Cette route va aussi favoriser une plus grande fluidité du trafic à l'intérieur du port.

« Le schéma directeur de développement du port de Douala contient une nouvelle vision de développement. Celle-ci propose des projets structurants majeurs, fortement consommateurs d'espaces, dont la réalisation donnera un nouveau visage au Port de Douala, et l'amènera à jouer pleinement son rôle de plateforme logistique portuaire moderne par excellence », indique-t-on à la direction générale du Pad.

La réappropriation des espaces illégalement occupés est donc une priorité, un des préalables à la modernisation souhaitée.

Cameroun

Festival de cinéma de Berlin - Le Camerounais J.-P. Bekolo présente deux films

Cap sur Berlin où se tient jusqu'à dimanche prochain la 68ème Berlinale, l'un des festivals de… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.