22 Janvier 2018

Madagascar: Mahamasina - La FJKM en campagne électorale

Le président de la FJKM demande à ses fidèles de ne pas craindre la politique. Son appel à la participation de tous ceux qui se sentent investis à prendre leurs responsabilités pour la Nation prête à intrigue.

L'ouverture. En vue de l'échéance de la présidentielle, c'est le message qu'ont laissé entendre les prises de paroles durant le culte d'ouverture de l'année de travail de l'Église réformée de Madagascar (FJKM), et de demande de bénédiction pour son président et sa famille, au stade municipal de Mahamasina, hier.

De prime abord, l'évènement de l'église FJKM n'a pas pu se défaire du contexte électoral de cette année 2018. Alors que pour son premier discours en tant que président de l'Église réformée de Madagascar, le 25 septembre 2016, au Palais des sports Mahamasina, le pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa a prêché en faveur de la distinction entre les affaires de l'église et la politique. Au stade municipal de Mahamasina, hier, il a appelé les fidèles de la FJKM à ne pas avoir peur de la politique et s'y engager.

« Nous sommes dans une année électorale. N'ayez pas peur de la politique. À tous les fidèles qui s'en sentent investis, engagez-vous, prenez votre responsabilité et participez à la vie de la Nation. Je réitère l'appel à nous tous, fidèles de l'église FJKM, de prendre nos responsabilités et d'aller voter », a déclaré le pasteur Andriamahazosoa.

Message

Ces propos pourraient paraître anodins. Cependant, vu les débats autour de l'éligibilité ou non de Marc Ravalomanana, ancien président de la République à la course à la présidentielle, l'appel à tous ceux ayant la prétention à s'engager pour participer à la vie de la Nation pourrait prêter à confusion. Surtout lorsqu'on fait le rapprochement avec le message du comité d'organisation du 50e anniversaire de la FJKM, et du jubilé de la 200e année de l'arrivée des missionnaires de la London missionnary society (LMS), à Madagascar.

Un message lu par Marc Ravalomanana qui préside ce comité. « Ce n'est pas un hasard que cette double célébration coïncide avec ce que va vivre la nation cette année 2018. Nous, au sein du comité, rappelons ainsi que cette année est une année de libération », a lancé le résident de Faravohitra. Lorsque parmi les exemples de libérations citées il y a « la libération des personnes opprimées et que même celles emprisonnées seront libérées et amnistiées », ou encore, « libération des personnes de leur ressentiment », le message lu par l'ancien chef d'État semble plaider en sa faveur.

« Le comité en appelle à tous les enfants de la FJKM de vivre et appliquer l'esprit apporté par cette année de jubilé. D'apporter la libération dans tous les domaines où il y a des oppressions », a ajouté le message lu dans par le résident de Faravohitra. Une source au sein de ce comité affirme que les responsables au sein de l'Église réformée de Madagascar auraient décidé de faire corps pour qu'« il n'y ait aucune exclusion entre ses membres. Pour que l'esprit de la libération soit appliqué ».

Une prise de position qui, d'un point de vue, pourrait trancher avec la neutralité politique affirmée par le pasteur Andriamahazosoa, lors de sa prise de fonction, en septembre 2016. « Je m'adresse aux tenants du pouvoir, à tous les politiciens en disant ceci, prenez garde à ne pas faire de l'église un instrument politique », avait-il déclaré. Des détails dans le scénario d'hier, ajoutent aux confusions et aux intrigues des discours.

Marc Ravalomanana et son épouse, maire d'Antananarivo, ont été placés derrière l'autel, aux côtés des hauts responsables de l'église, alors que l'ensemble des autorités politiques était assis dans une tribune à part. Bien qu'il préside le comité d'organisation des célébrations du jubilé de la FJKM, les mots dits et certains détails d'hier sont lourds de sens, et pourraient indiquer une prise de position de cette confession dans le débat quant à l'inclusivité de la présidentielle. Pris de court visiblement, Hery Rajaonarimampianin, président de la République, s'est contenté de réitérer l'appel aux fidèles d'être des exemples dans la lutte contre la corruption, ou encore l'insécurité. L'autre ligne défendue par l'église, hier.

Madagascar

HCC - Seconde requête aux fins de déchéance

A la requête aux fins de déchéance du président de la République déposée… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.