23 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Les forces de sécurité ont tiré sur des fidèles catholiques

Il faut mettre fin à la répression et autoriser services religieux et manifestations pacifiques

Les forces de sécurité en République démocratique du Congo ont fait un usage excessif de la force, notamment en tirant des gaz lacrymogènes et à balles réelles sur des manifestants pacifiques dans des églises catholiques de Kinshasa et d'autres villes du pays le 31 décembre 2017, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Face aux policiers et aux militaires lourdement armés, certains manifestants, vêtus de blanc, ont chanté des hymnes ou se sont agenouillés au sol. Au moins huit personnes ont été tuées et des dizaines d'autres ont été blessées, dont au moins 27 par balles. Le nombre de morts et de blessés pourrait cependant être beaucoup plus élevé.

Les tirs, passages à tabac et arrestations arbitraires de fidèles pacifiques par les forces de sécurité congolaises sont une violation des droits de ces personnes à la liberté de culte, d'expression et de réunion pacifique, a souligné Human Rights Watch. Ceux qui ont fait un usage illégal de la force meurtrière devraient être poursuivis. D'autres marches étant prévues, les autorités devraient lever l'interdiction de manifester et permettre aux personnes qui le souhaitent de pratiquer leur religion sans interférence.

« Les forces de sécurité congolaises ont battu un triste record en tirant dans l'enceinte d'églises pour interrompre les services religieux et empêcher des processions pacifiques », a déclaré Ida Sawyer, directrice pour l'Afrique centrale à Human Rights Watch. « Le gouvernement devrait cesser d'interdire les manifestations et laisser les fidèles pratiquer leur religion sans être inquiétés. »

Depuis ces fusillades, des responsables laïcs de l'Église catholique en RD Congo ont appelé à des marches pacifiques après la messe dominicale du 21 janvier 2018, afin d'exhorter les dirigeants congolais à respecter l'accord politique négocié avec la médiation de l'Église catholique et signé fin 2016. L'accord prévoyait la tenue d'élections présidentielles fin 2017, ainsi que des mesures visant à atténuer les tensions politiques. Ces engagements ont cependant été largement ignorés, et le président Joseph Kabila s'est maintenu au pouvoir par la violence et la répression.

Depuis le 31 décembre 2017, Human Rights Watch a interrogé 86 personnes en RD Congo, parmi lesquelles des victimes et des membres de leur famille, des témoins, des prêtres et d'autres responsables cléricaux, des employés des hôpitaux et des morgues, des activistes locaux, des agents des forces de sécurité et des dirigeants politiques.

Début décembre, le Comité laïc de coordination (CLC), un groupe d'intellectuels catholiques soutenu par des prêtres catholiques et des évêques de la RD Congo, a lancé un appel à manifester le 31 décembre. Ils appelaient tous les Congolais à protester contre l'échec de la mise en œuvre de l'accord dit de la Saint-Sylvestre et à « libérer l'avenir du Congo ». Les prêtres des paroisses congolaises avaient prévu d'organiser des processions pacifiques à partir de leurs églises, juste après la messe dominicale. Tous les grands dirigeants de l'opposition politique, les organisations de la société civile et les mouvements citoyens soutenaient l'appel à manifester, nombre d'entre eux demandant aussi de manière explicite la démission immédiate de Kabila ainsi qu'une « transition citoyenne » pour restaurer l'ordre constitutionnel et organiser des élections crédibles.

Le 31 décembre, mais aussi les jours qui ont précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à l'arrestation d'un grand nombre de personnes, dont au moins six prêtres catholiques ainsi que des activistes pro-démocratie, des membres des partis d'opposition et d'autres manifestants pacifiques. Dans une tentative évidente d'empêcher l'information sur les manifestations de se propager, le gouvernement a ordonné aux compagnies de télécommunication de bloquer la diffusion des SMS et l'accès à Internet en RD Congo le 30 décembre. Le service n'a été rétabli que trois jours plus tard.

Selon l'Église, le 31 décembre au matin les forces de sécurité ont encerclé au moins 134 paroisses catholiques à Kinshasa et érigé des barrages routiers à travers toute la ville. Nombre d'habitants de Kinshasa ont été obligés de montrer leurs cartes d'électeurs, qui servent de carte d'identité en RD Congo, pour passer les barrages routiers et se rendre à l'église. Certaines personnes, notamment celles qui portaient ou tenaient de manière visible des objets à connotation religieuse - comme des croix, des bibles, des chapelets et des rameaux - ont été empêchées de passer ces barrages. Les forces de sécurité ont annoncé à certains d'entre eux qu'il n'y aurait pas de messe ce jour-là et qu'ils devaient rentrer chez eux.

Malgré ces méthodes d'intimidation musclées, les églises étaient ce jour-là bondées selon les prêtres et les fidèles. Ces fidèles ont tenté, avec d'autres, de manifester dans les villes de Beni, Bukavu, Butembo, Goma, Idjwi, Kindu, Kamina, Kananga, Kisangani, Lubumbashi, Matadi et Mbandaka, et dans la capitale. Partout dans le pays, les forces de sécurité ont rapidement et souvent violemment dispersé les manifestants.

À Kinshasa, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes dans des églises d'au moins trois paroisses. Dans plusieurs autres paroisses, elles ont tiré des gaz lacrymogènes, à balles en caoutchouc et, dans certains cas, à balles réelles juste à l'extérieur des bâtiments de l'église, sur les terrains dépendant de ces paroisses.

« Au début de l'homélie, j'ai entendu un grand bruit à l'extérieur au moment où la police s'est mise à tirer des gaz lacrymogènes », a déclaré un prêtre de Kinshasa. « J'ai poursuivi mon service malgré tout. Il y a eu une deuxième détonation, puis une autre encore, et cette fois la police a tiré des gaz lacrymogènes à l'intérieur de l'église. C'était impossible de continuer et j'ai dû arrêter la messe pour permettre aux fidèles d'aller dehors pour respirer. »

Le 5 janvier, le porte-parole de la police de Kinshasa a déclaré que cinq personnes avaient été tuées le 31 décembre : un policier, deux bandits connus sous le nom de « kulunas », un soi-disant « terroriste » et un membre de la milice Kamuina Nsapu, qui seraient tous morts dans des circonstances sans rapport avec les manifestations.

En plus des huit décès qui ont pu être confirmés, Human Rights Watch a reçu des informations crédibles d'agents des forces de sécurité, de responsables des morgues et d'autres personnes faisant état d'au moins 20 autres personnes tuées à Kinshasa dont les corps ont été emmenés par les forces de sécurité vers des lieux qui n'ont pu être identifiés. Certains auraient été jetés dans le fleuve Congo. Human Rights Watch poursuit ses enquêtes sur tous les décès qui lui ont été signalés.

Les autorités congolaises devraient autoriser toutes les manifestations pacifiques conformément aux normes internationales relatives aux droits humains et veiller à ce que les forces de sécurité n'utilisent pas la force de manière excessive ou quand cela est inutile. Les individus qui font un usage illégal de la force ou se rendent coupables d'arrestations arbitraires et d'autres violations graves des droits humains devraient faire l'objet de mesures disciplinaires adaptées, ou être poursuivis. Les autorités devraient aussi cesser de bloquer les communications, notamment en obligeant les entreprises de télécommunications à limiter l'accès à leurs services.

La mission de maintien de la paix de l'ONU en RD Congo, la MONUSCO, devrait appliquer son mandat en protégeant plus activement la population, notamment en se déployant avant les manifestations autour des zones où il est probable que des personnes se rassemblent, pour empêcher les abus.

Les partenaires internationaux de la RD Congo devraient montrer aux responsables gouvernementaux et aux forces de sécurité qu'ils paieront le prix des méthodes violentes et répressives qu'ils utilisent pour maintenir l'emprise de Kabila sur le pouvoir, et que les principaux responsables de ces abus et ceux qui apportent un soutien financier ou politique à ces méthodes s'exposent notamment à des sanctions ciblées. Les bailleurs de fonds devraient cesser tout soutien direct au gouvernement et aux forces de sécurité congolaises jusqu'à l'adoption de mesures concrètes d'ouverture de l'espace politique, et demander des comptes aux responsables de violations graves des droits humains. Le financement devrait être redirigé vers l'aide humanitaire, la société civile congolaise et les groupes de défense des droits humains. Les dirigeants régionaux devraient faire pression pour obtenir la démission de Kabila et travailler avec d'autres partenaires pour répondre aux préoccupations relatives à sa sécurité physique après son départ du pouvoir.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction devrait effectuer une visite en RD Congo pour enquêter et rendre compte publiquement de la violence contre les prêtres et les fidèles dans les paroisses catholiques autour du 31 décembre.

« Kabila et sa clique semblent prêts à utiliser tous les moyens à leur disposition pour écraser, faire taire et éliminer toute opposition à leurs efforts de maintien au pouvoir », a déclaré Ida Sawyer. « Avant la prochaine série de violences meurtrières et de répression, les partenaires internationaux de la RD Congo feraient bien de montrer à Kabila que de nouveaux abus ne pourront être tolérés. ».

Les forces de sécurité encerclent les églises, interrompent les services religieux et dispersent les processions

Kinshasa compte plus de 160 paroisses catholiques. Des prêtres et des responsables cléricaux ont indiqué que ces paroisses avaient dans leur grande majorité été encerclées ou que leur fonctionnement avait été perturbé par les forces de sécurité pendant ou après la messe du dimanche 31 décembre. Selon une note technique publiée le 3 janvier par le nonce apostolique, le représentant diplomatique permanent du Saint-Siège à Kinshasa, les forces de sécurité ont encerclé 134 paroisses catholiques dans la capitale ; elles ont entièrement bloqué l'accès aux messes et empêché leur célébration dans deux d'entre elles ; perturbé les services de la messe dans cinq autres ; pénétré dans les enceintes d'au moins dix-huit paroisses ; et tiré des gaz lacrymogènes dans au moins 10 d'entre elles. La note indique que des décès ont été signalés dans au moins trois paroisses.

Un prêtre de Kinshasa a déclaré à Human Rights Watch avoir été surpris par le nombre de personnes présentes pour assister à la messe ce jour-là, alors même que sa paroisse était encerclée par les forces de sécurité :

Généralement, une telle foule n'est présente que pour les grandes cérémonies religieuses. Mais le 31, c'était plutôt une messe ordinaire. Pourtant, ma paroisse a été inondée de fidèles, à l'intérieur de l'église comme à l'extérieur, dans la cour. J'ai été très surpris parce que les policiers s'étaient déjà déployés la veille à proximité de la paroisse et qu'ils avaient multiplié les barrières. J'étais certain que les fidèles auraient trop peur de venir assister à la messe le lendemain. Mais maintenant, je vois bien que le peuple congolais est déterminé.

Un autre prêtre de Kinshasa a déclaré que les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes et à balles réelles sur la foule des fidèles qui voulaient défiler après la messe, et qu'ils ont poursuivi ceux qui cherchaient à se réfugier à l'intérieur de l'église, où ils se sont servis de gaz lacrymogènes et se sont attaqués à la sacristie. Il a déclaré :

Quand les fidèles ont voulu défiler, les forces de sécurité ont tenté de les arrêter en bloquant la route et en tirant des gaz lacrymogènes en direction de la foule. Suivant des instructions données à l'avance, tous les Chrétiens se sont agenouillés et ont commencé à chanter des hymnes. Les forces de sécurité ont riposté en tirant à balles réelles, blessant deux personnes. Dans la panique, certains fidèles ont couru se réfugier dans l'église.

Dix minutes plus tard environ, les policiers ont fait effraction dans la paroisse et ont tiré au moins six salves de gaz lacrymogènes sur les enfants, les personnes âgées et les autres personnes qui cherchaient refuge à l'intérieur de l'église. Ensuite ils ont tout saccagé, y compris les bancs et la crèche. Ils ont même tenté de mettre le feu à la statue de la Vierge Marie. Ils sont entrés dans la sacristie et ils ont tout fouillé de manière systématique, apparemment pour trouver de l'argent ou d'autres objets de valeur.

Dans une autre paroisse de Kinshasa, le prêtre a décidé, compte tenu de l'important déploiement de forces de sécurité, de ne pas faire de marche en dehors de la paroisse, mais d'organiser une procession entre l'église et la grotte. « Les fidèles suivaient les acolytes qui portaient des croix et d'autres symboles religieux tout en s'avançant vers la statue », a-t-il expliqué. « Quand les forces de sécurité qui se trouvaient dehors ont vu ce qui se passait, ils ont immédiatement lancé des gaz lacrymogènes. Un policier a alors tiré à balles réelles sur les personnes qui étaient arrivées jusqu'à la grotte et blessé deux d'entre elles ».

Congo-Kinshasa

Crise politique - Quand l'Eglise catholique maintient la flamme de la résistance

En République démocratique du Congo (RDC), c'est toujours le bras de fer entre Joseph Kabila et son… Plus »

Copyright © 2018 International Freedom of Expression Exchange Clearing House. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.