25 Janvier 2018

Madagascar: Fermeture de Magro Behoririka - Le ministère du Commerce a fait machine arrière

Hier, la tentative de l'Etat de fermer le magasin Magro de l'ancien Président de la République Marc Ravalomanana à Behoririka a échoué.

Les commissaires du commerce mandatés par le ministère du Commerce et de la Consommation qui sont venus sur les lieux pour y procéder ont dû rebrousser chemin suite à l'opposition faite par les Zanak'i Dada qui n'ont fait qu'attendre l'arrivée de ces fonctionnaires. Présents sur place, les partisans de Ravalomanana, conduits par six députés et un Sénateur issus du Parti TIM, ont manifesté leur mécontentement et leur détermination à défendre jusqu'au bout la cause de cette entreprise. C'est la raison pour laquelle, la tension s'est annoncée très tendue mais heureusement qu'aucun affrontement n'a eu lieu.

D'autant plus qu'aucun élément des forces de l'ordre n'a été aperçu dans les parages. Débarqués sur le lieu, ces commissaires de Commerce accompagnés par un huissier se sont présentés avec un ordre de mission signé par le Secrétaire général du ministère du Commerce. Cette lettre ordonne la saisie et le retrait des produits non-conformes dans ce magasin. Pourtant, ils n'ont pas pu entrer dans le magasin car un comité d'accueil les a empêchés l'accès en les invitant de monter à l'étage du magasin pour discuter avant de prendre de décision. La rencontre entre les deux parties a duré deux heures de temps après laquelle, les deux parties se sont convenues de renoncer à l'exécution de cet ordre. En effet, les émissaires du ministère ont évacué les lieux.

Présent sur place, le Directeur général de la société Tiko Triple A qui est à l'objet de cette tentative de fermeture, n'a pas manqué d'exprimer son étonnement sur l'implication du ministère du Commerce dans cette affaire qui n' est pas du tout, selon lui, impliqué. D'après lui, c'est le ministère de l'Industrie qui devrait s'en occuper. C'est avec ce dernier que nous devons discuter. « Le Ministère de l'Industrie qui ne veut pas nous délivrer le permis environnemental de la société Triple A, motif révélé pour empêcher cette dernière à fonctionner, alors que nous avons déjà entamé toutes les procédures exigées dans ce sens.

Depuis Andranomanelatra. Il est à rappeler que le siège de la société Tiko Triple A à Andranomanelatra a été fermé, hier. Dès le début de la matinée, des éléments des forces de l'ordre ont barricadé l'usine de la société. Les employés de l'usine qui devraient rejoindre leur lieu de travail n'ont pas pu y accéder. Ce matin-là, les deux cars assurant le ramassage du personnel de Tiko Triple A, habitant à Antsirabe ville, ont été immobilisés dans un barrage érigé par l'Emmo-rég d'Antsirabe sur la RN7, soit à 1km d'Andranomanelatra. Les employés, essentiellement personnel d'entretien, ont été obligés de sortir des cars, puis les hommes en treillis militaires ont confisqué les clefs des voitures. L'usine de Tiko Triple A était inaccessible même pour les journalistes. Les employés de la ferme eux aussi sont interdits d'entrer.

Cette mesure draconienne a été prise selon les informations, en attendant les émissaires du Fanjakana pour vérifier les scellages sur toutes les entrées de l'usine depuis le 13 octobre 2017. L'objectif est de constater si les machines de production sont à l'arrêt et de détecter les branchements illicites de l'électricité de la Jirama, révélé par un quotidien de la capitale.

Madagascar

Election présidentielle - Panique dans les rangs du HVM

Le parti au pouvoir a tenu un carnaval dans les rues de Fort-Dauphin samedi. Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.