26 Janvier 2018

Sénégal: Indemnités de logements des enseignants - La guerre des chiffres

Le gouvernement du Sénégal et les syndicats d'enseignants ont engagé la bataille des chiffres sur la question du régime indemnitaire. Ils ne parlent pas le même langage sur l'incidence financière des 12 milliards de F Cfa d'indemnité de logement des enseignants annoncés par le gouvernement. Le ministre du Travail parle d'une augmentation entre 10 et 11.000 F Cfa, en lieu et place des 6000 F Cfa donnés par les syndicats d'enseignants.

Le ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions, Samba Sy, a rencontré hier, jeudi 25 janvier, les centrales syndicales. C'était dans le cadre des rencontres périodiques initiées par le gouvernement au titre de l'agenda social. Cette réunion d'information et de concertations avec les partenaires sociaux, a fini d'installer un débat sur l'augmentation substantielle de l'indemnité de logement des enseignants. Les 12 milliards F Cfa annoncés par le gouvernement, à compter de janvier 2019, pour la revalorisation des indemnités de logement des enseignants, créent la discorde.

En effet, Samba Sy dégage en touche le montant de 6000 F Cfa avancé par les syndicats comme incidence financière sur l'indemnité de logement des enseignants, qui en jugent cette proposition «irrespectueuse et indécente». Pour le ministre du Travail, «l'effort consenti par le gouvernement devrait, selon nos projections, avoir un impact de 10 à 11.000 F Cfa par enseignants. L'indemnité de logements pour les enseignants s'élève aujourd'hui à 60.000 F Cfa. Cette graduation de 10.000 F Cfa représente un effort énorme». Non sans tancer les syndicats en ces termes: «mes collègues enseignants n'ont pas la même appréciation de la chose. Je ne sais d'où est-ce qu'ils sortent l'idée selon laquelle ce sera une augmentation de 6000 F Cfa». «L'Etat, sur la demande pressante des syndicats, a décidé de mettre 12 milliards de F Cfa sur l'indemnité de logement des enseignants à partir de janvier 2019. Ce sont d'énormes efforts consentis par l'Etat dans le secteur de l'éducation», a t-il relevé.

Au cours de la rencontre avec les organisations patronales et les centrales syndicales, Samba Sy a rappelé les mesures prises par le gouvernement pour la pacification de l'espace scolaire. Rappelant les 100 milliards prévus pour la résorption des abris provisoires, le ministre a souligné la prise en charge au 2/3 des années de vacatariat, de volontariat et de contractualisation, avec une enveloppe de 100 milliards de F Cfa et 14 milliards de F Cfa pour les prêts de la Direction de la monnaie et du crédit (DMC). «Peut-on dire que le gouvernement n'a rien fait dans le secteur de l'enseignement. Un Etat qui fait tout cela pour ce secteur-là et doit gérer des besoins pressants, qu'il ne fait rien? C'est un procès abusif», dit Samba Sy.

Le secrétaire général de la Confédération nationale des Syndicats des travailleurs du Sénégal (Cnts), Mody Guiro, sollicite une audience avec le chef de l'Etat, Macky Sall, pour ouvrir des négociations sérieuses qui permettraient d'aboutir à un consensus large sur les revendications.

Sénégal

Procès de Khalifa Sall - La défense sur le terrain politique

Au Sénégal, les plaidoiries de la défense entrent dans leur deuxième jour dans le… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.