26 Janvier 2018

Burundi: Des milliers de Congolais fuient au Burundi pour se mettre à l'abri des affrontements

Plusieurs milliers de personnes ont quitté l'est de la RDC et rejoint d'autres régions mais aussi le Burundi. En cause : les affrontements entre l'armée congolaise et les miliciens Maï-Maï.

Les affrontements à l'est de la RDC entre l'armée congolaise, qui tente de déloger les miliciens Maï-Maï Yakutumba en territoire de Fizi, entrainent des déplacements massifs de population à l'intérieur du pays mais aussi en direction du Burundi voisin. Selon l'antenne d'Uvira de la Commission nationale pour les refugiés, plusieurs embarcations avec des congolais à bord se sont dirigées vers le Burundi voisin depuis plusieurs jours. La police burundaise avance pour sa part un chiffre de près de 3.500 demandeurs d'asile congolais arrivés sur son sol. Les combats intenses se poursuivent autour de la presqu'ile d'Ubwari, le dernier fief de la rébellion de Yakutumba.

Des rebelles capturés

Après cinq jours d'une offensive conduite contre les miliciens Maï-Maï Yakutumba afin de les déloger d'une partie du territoire de Fizi, qu'ils contrôlent depuis juillet 2017, l'armée congolaise affirme avoir récupéré une vingtaine de localités dont l'agglomération de Kazimya, considérée comme l'un des bastions du général autoproclamé William Amuri, dit Yakutumba. Le porte-parole adjoint des Forces armées de la RDC au Sud Kivu, le capitaine Dieudonné Kasereka, affirme que la rébellion est cernée dans la presqu'île d'Ubwari en face de la Tanzanie, sur le lac Tanganyika. "Par rapport à la situation géographique de Fizi, nous évoluons sur trois fronts où nous sommes en train de chasser les rebelles", explique-t-il.

L'agglomération de Kazimiya qui était aussi un point stratégique pour Yakutumba aurait été reprise. "Nous avons capturé une quinzaine de ces rebelles Maï-Maï", assure le capitaine Dieudonné Kasereka.

La société civile locale témoigne des affrontements intenses cette semaine. Des affrontements qui entrainent des mouvements de population à l'intérieur du pays ou vers le Burundi voisin. Selon la police burundaise, plus de 3.000 Congolais ont franchi la frontière pour y demander l'asile. La Commission nationale pour les réfugiés en RDC confirme ce mouvement de population fuyant les combats, sans toutefois préciser le nombre de personnes déplacées.

Faire confiance à l'armée

Le chef d'antenne intérimaire de cette commission à Uvira, Francois Mangala, précise que des déplacés internes ont fui le théâtre des combats jusqu'à la ville de Baraka, toujours en territoire de Fizi, où le calme règne. Six embarcations auraient également quitté la RDC pour le Burundi. "Il est vrai qu'il y a des gens qui ont quitté la zone d'affrontements. Il y a des embarcations motorisées qui ont rejoint Rumonge, au Burundi. On parle d'ailleurs de six embarcations sans connaître le nombre exact des personnes qui sont parties."

Le capitaine Kasereka appelle pour sa part la population qui fuit à faire confiance à l'armée qui est là pour sa sécurité. "Vous savez quand ça tire, certaines personnes ont peur. C'est pourquoi ils ont traversé pour chercher un abri dans les pays étrangers, mais nous demandons à tous ces Congolais qui fuient de rentrer. L'armée est là pour les sécuriser", insiste-t-il. Le 19 janvier dernier, le ministre congolais de la Défense avait indiqué que la guerre contre Yakutumba est une de deux luttes prioritaires des FARDC dans l'est de la RDC, après celle contre les rebelles ougandais de ADF NALU à Beni.

Burundi

Moussa Faki Mahamat - "Nous encourageons les états à la bonne gouvernance"

Dans une interview à la DW le président de la commission de l'Union Africaine appelle tous les… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.