30 Janvier 2018

Afrique de l'Ouest: CEDEAO - Vers la fin de la mise en place de l'infrastructure de la qualité

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) va bientôt boucler l'architecture complète de son infrastructure de la qualité. C'est à cet effet que le premier salon sur la question s'est ouvert ce mardi 30 janvier à  Dakar pour définir les contours et surtout le cadre de cet instrument de coordination communautaire dont les principales ambitions sont de protéger les consommateurs mais aussi de doter la sous-région d'une industrie de qualité.

La mise en place des principales structures de l'infrastructure qualité de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) amorce son dernier tournant.

Après l'adoption par les Chefs d'Etats et de gouvernement en février 2013 de la Politique qualité de le CEDEAO (Ecoqual),  et les règlements communautaires pris par le Conseil des Ministres de la CEDEAO, en vue de mettre en place les outils juridiques et techniques permettant de la mettre en œuvre, le premier forum sur l'infrastructure qualité communautaire (Ecoquaf) s'est ouvert ce mardi 30 janvier à Dakar.

En plus des 15 pays membres de l'instance régionale, cette rencontre réunit des participants venant de la Mauritanie, du Maroc, de la Tunisie, d'instances régionales et internationales de la qualité, de partenaires techniques et financiers et d'organisations de la société civile.

Le premier ministre du Sénégal qui a présidé l'ouverture des travaux souligne que ce forum ambitionne le renforcement, la promotion et la pérennisation de l'infrastructure régionale de la qualité dont la mise en place va se terminer durant la présente rencontre de Dakar.

M. Mahammed Boun Abdallah Dionne estime que cette rencontre donne l'opportunité de discuter du renforcement de l'intégration économique régionale et commerciale de l'Afrique de l'Ouest qui passe par la création d'un environnement propice au respect des règles du commerce international et des réglementations techniques communautaires.

Ce qui fait dire au commissaire en charge de l'industrie et de la promotion du secteur privé de la Commission de la CEDEAO, M. Kallou Traoré que ce forum vise à rassembler toutes les idées pour consolider les bases de la qualité en Afrique de l'Ouest.

Dans cette même veine, le directeur du commerce, de l'investissement et de l'innovation de l'ONUDI, M. Bernado-Calzadilla-Sarmiento fait remarquer que ce qui n'était au départ qu'une aventure, est devenu un axe majeur et prioritaire du développement et de l'intégration sous-régionale des Etats de la CEDEAO et de la Mauritanie.

Pour lui, les panels internationaux de ce forum qui vont débattre sur le financement de l'infrastructure de la qualité, ouvre la réflexion sur les voies et moyens permettant d'assurer la viabilité technique des structures de mise en place ainsi que leur pérennisation.

Il rappelle que la problématique de la qualité se trouve dans la plupart des objectifs de développement durable. Et faire remarquer que les technologies industrielles émergentes sont en train de déterminer le futur du développement mondial, transformant les modèles économiques actuels, combinat les mondes physiques, digitaux et biologiques sous ce qui est appelé la nouvelle révolution industrielle.

Avant de souligner l'importance du rôle que jouent l'innovation et la qualité au sein d'un système mondialisé en perpétuelle évolution, et la capacité qu'auront les entreprises, en particulier les plus petites, à innover déterminera leur survie.

Afrique de l'Ouest

G5 Sahel - Une conférence des donateurs demain à Bruxelles

La rencontre, qui regroupera le 23 février, une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, a pour but de… Plus »

Copyright © 2018 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.