30 Janvier 2018

Afrique: Présomption d'espionnage de l'Ua par la Chine - Quand on aime les cadeaux, il faut s'attendre à tout

Photo: Herr Bert/Flickr
Drapeau chinois.

Au moment où s'éteignaient les lampions du 30ème sommet de l'Union africaine (UA) tenu à Addis Abeba, les 28 et 29 janvier derniers, l'une des informations qui retenait encore l'attention et qui a fait grand bruit, est cette histoire d'espionnage présumé du siège de l'institution panafricaine par la Chine.

On se rappelle, en 2012, l'Empire du Milieu faisait don à l'UA de ce joyau de trente étages, haut de 99,9 mètres, qui lui a coûté la bagatelle de 200 millions de dollars et pour la construction duquel il avait mobilisé une équipe de 1200 ouvriers chinois et éthiopiens, fournissant jusqu'au mobilier après avoir assuré la fourniture de la plus grande partie du matériel de construction.

Et l'institution panafricaine dont la réputation de démunie n'est pas surfaite tant ses poches sont trouées, en plus d'être admirative de ce joyau qui comporte aussi, entre autres, un héliport et une statue en bronze du leader panafricaniste ghanéen Kwame N'Krumah, ne pouvait que s'extasier devant l'action de ce mécène inopiné qui lui enlevait, par la même occasion, une véritable épine du pied. Mais à en croire le Journal français

Le Monde, c'est un colis piégé que l'Empire du Milieu a offert aux Africains, pour mieux regarder dans leur... intimité. Bien sûr, la Chine a tout nié en bloc, jurant la main sur le cœur qu'elle entretient avec l'Afrique des relations saines. Pour elle, le canard français a fait cette publication « dans un seul but, celui de créer un trouble. Ils ne sont pas contents des réussites permises par nos relations avec l'Afrique, ces dernières années ».

Tout le monde espionne tout le monde

Quoi qu'il en soit, cette situation est peut- être la résultante de la course des grandes puissances aux nouvelles technologies pour contrôler le monde, mais elle est aussi caractéristique de cette Afrique incapable de se prendre en charge, qui ne peut rien faire par elle-même et qui donne quelquefois le sentiment d'être à la remorque des autres nations.

La preuve, l'UA elle-même qui est la plus grande instance du continent, doit la majeure partie de son financement à l'aide extérieure. Comment s'étonner alors que jusqu'au plus haut sommet de nos Etats, on soit friand des aides et autres dons, pour financer nos projets de développement ? Mais quand on aime les cadeaux, il faut s'attendre à tout.

C'est pourquoi on a envie de dire que c'est bien fait pour la gueule de l'UA. Quand on ne peut pas se prendre soi-même en charge, quand on ne peut pas s'autofinancer, quand on ne peut pas faire confiance à des compétences internes pour l'exécution de chantiers qui relèvent de la souveraineté intérieure, on ne peut s'attendre qu'à des situations de ce genre.

La question que l'on pourrait se poser est de savoir si les têtes couronnées du continent étaient au courant de cette situation. Rien n'est moins sûr. En tout état de cause, que la Chine cherche à accroître son influence dans le monde, est de bonne guerre.

Mais en fait, dans ce village planétaire, qui n'espionne pas qui ? Si les Etats-Unis peuvent mettre sur écoute de hautes personnalités comme la chancelière allemande, Angela Merkel ou une trentaine de chefs d'Etat dont des Français, pourquoi d'autres nations se priveraient-elles d'en faire autant si elles en ont les moyens?

En fait, c'est un secret de Polichinelle que tout le monde espionne tout le monde dans ce monde globalisé. Car, chacun s'est rendu compte que qui détient l'information, détient le pouvoir et donc la puissance. L'information est devenue capitale.

A part les Africains qui semblent accuser des années-lumière de retard dans ce domaine par rapport aux autres, toutes les Nations qui ont des ambitions hégémoniques sur cette planète, mettent un point d'honneur à performer dans ce qu'on appelle pudiquement aujourd'hui, le renseignement.

Que Pékin ait donc cherché à moucharder l'Afrique, il n'y a rien de nouveau dans cela. C'est la preuve que l'Afrique présente un intérêt certain. Reste à savoir si les Africains eux-mêmes sont conscients de la valeur de leur continent.

En savoir plus

Mercure - Le prix de la dépendance

C'est Le Monde, un confrère français, qui a fait la révélation dans sa parution à la… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.