1 Février 2018

Afrique: Prendre l'avion d'un pays africain vers un autre, bientôt un jeu d'enfant?

L'accord pour un espace aérien unique, entériné entre 23 Etats lors du dernier sommet de l'Union africaine, devrait faciliter les déplacements en avion sur le continent.

Un vol entre la capitale nigérienne Niamey et Bamako, au Mali voisin, passe dans le cas le plus favorable par la Côte d'Ivoire. Mais il peut aussi y avoir des escales au Burkina Faso et au Togo.

Si vous voulez voyager de la capitale guinéenne Conakry à la métropole de Lagos, au Nigeria, vous devrez peut-être passer par Nouakchott, en Mauritanie, voire même Paris ou Amsterdam.

Istanbul ou Dubaï apparaissent aussi souvent dans le plan de voyage sur les vols transafricains. Pourquoi cela? Parce que les compagnies aériennes sont étrangères comme par exemple Turkish Airlines, Emirates ou bien Air France.

Wosenyeleh Hunegnaw est directeur général de l'Autorité de l'aviation civile éthiopienne. Il rappelle que le marché africain est dominé par les compagnies aériennes étrangères: "Le ratio des parts de marché est de 20 à 80. Cela signifie que la part de marché des compagnies non-africaines est actuellement de 80% et que ces parts seront proches ou égales à l'avenir."

Un optimisme justifié par un nouvel accord scellé cette semaine entre 23 pays africains, lors du dernier sommet de l'Union africaine.

Point clé de l'accord: les compagnies aériennes des pays de l'Union devraient avoir à l'avenir libre accès aux aéroports des autres Etats membres. Cela signifie également moins de bureaucratie et des coûts moins élevés pour les vols intra-africains.

Il existe déjà un certain nombre d'accords bilatéraux sur les connexions directes. Mais les accords précédents - comme celui de Yamoussoukro en 1999 - n'ont jamais vraiment été appliqués. Trop de pays avaient intérêt à protéger leurs entreprises publiques contre la concurrence. En outre, les recettes tirées des droits de décollage et d'atterrissage constituent une subvention bienvenue pour les budgets des Etats.

Des tarifs réduits

Si les prévisions de l'étude de la société de conseil Inter Vistas s'avèrent exactes, les prix des billets diminueront de plus d'un tiers en raison de la nouvelle concurrence. Cela rendrait les vols plus abordables pour des millions d'Africains, selon le ministre éthiopien des Transports, Abdisa Yadeta: "Les passagers pourront choisir plus de vols directs grâce à ce programme. Ainsi, on gagnera du temps et les conditions de voyage seront plus agréables. Cela aidera les États membres en facilitant le libre échange de biens et de passagers. Une plus grande liberté de mouvement stimulera notre tourisme et contribuera à la croissance économique."

Mais beaucoup doutent que la lourde bureaucratie de l'Union africaine puisse gérer cette transformation. Sans oublier les intérêts individuels des Etats.

Afrique

Le commerce illicite fait perdre 50 milliards par an au continent, selon l'OCDE

Mardi matin 20 février, l'Organisation de coopération et de développement (OCDE) présentait… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.