3 Février 2018

Gabon: L'éducation doit être la priorité de l'aide au développement, selon la Directrice générale de l'UNESCO

Dakar, Sénégal — L'éducation doit être la priorité de l'aide au développement, a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, devant la Conférence sur le financement du Partenariat mondial pour l'éducation (GPE, sigle en anglais), qui se tient à Dakar, au Sénégal, du 1er au 03 févier.

"Nous sommes là pour mobiliser plus d'aide, soutenir les efforts nationaux et faire de l'éducation une responsabilité commune", a indiqué Mme Azoulay dont c'est la première visite en Afrique, ce qui montre la priorité du secteur de l'éducation et la priorité transversale donnée au continent africain, selon un communiqué de l'UNESCO.

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) est l'agence des Nations unies en charge de la coordination des efforts internationaux pour dispenser une éducation de qualité pour tous d'ici 2030 dont le Partenariat mondial pour l'éducation est partie intégrante.

Le président du Sénégal, Macky Sall, et son homologue français, Emmanuel Macron, co-président la conférence de Dakar, dont l'objectif est de mobiliser des fonds pour soutenir l'éducation.

Elle rassemble des chefs d'Etat, des ministres, des responsables des agences onusiennes et des organisations de la société civile, ainsi que des représentants du secteur privé et plus d'un millier d'acteurs de l'éducation.

Selon le Rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO, l'aide à l'éducation dans le monde a baissé de 4 pc depuis 2010.

L'aide à l'éducation à l'Afrique subsaharienne, qui compte la moitié des enfant non-scolarisés dans le monde, a baissé de 50 pc de 2002 à 2015.

On estime qu'il faudra 39 milliards de dollars par an pour atteindre l'objectif de l'éducation pour tous de la maternelle au niveau secondaire dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.

La Directrice générale de l'UNESCO défend l'éducation comme une force unique pour le changement et pour la construction de sociétés plus équitables et inclusives et va souligner la nécessité de partenariats pour doter les Etats des instruments et du savoir-faire nécessaires pour mettre en place des systèmes éducatifs de qualité.

Seule l'UNESCO dispose des statistiques, des instruments normatifs et stratégiques nécessaires pour répondre aux besoins spécifiques de chaque pays, a-t-elle dit.

Dans le cadre de la conférence, Mme Azoulay aura des entretiens bilatéraux avec des chefs d'Etat, des ministres et des responsables onusiens.

La Directrice générale va également se rendre à Pikine, la deuxième plus grande ville du Sénégal, où l'UNESCO contribue à l'autonomisation des groupes vulnérables, notamment les filles et les femmes, à travers plusieurs programmes comme l'alphabétisation et un développement urbain durable, par exemple.

Le 03 février, la Directrice générale se rendra sur l'Île de Saint-Louis inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000, avec les présidents du Sénégal et de la France. Cette visite va se tenir dans le cadre d'un projet commun impliquant l'UNESCO, la Banque mondiale et la France pour maîtriser l'érosion côtière qui menace le patrimoine culturel et naturel.

Gabon

Révision listes électorales - Le retour des « bœufs votant »

Malgré le calme apparent depuis le début de la révision des listes électorales, le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Infos Plus Gabon. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.