6 Février 2018

Cameroun: Le Rhedac demande la réhabilitation et la libération d'Amadou Vamoulké

Détention illégale depuis 18 mois.

M. AMADOU VAMOULKE, Journaliste et ancien Directeur Général de la Cameroon Radio Television (CRTV) Victime d'un procès illégal sans charge réelle et sérieuse, otage du pouvoir judiciaire, soumis à un harcèlement moral, homme honnête et intègre, pour le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC), Monsieur Vamoulké doit être libéré sans délais. Bien que bénéficiant du statut d'inculpé libre, M. Amadou Vamoulké est emprisonné illégalement depuis 18 mois à Yaoundé pour des motifs fallacieux de « domicile inconnu », ce qui représente un cas unique dans les annales de la justice camerounaise.

Réhabilitation et libération sans délai

Cette victime subit également une violation flagrante de la loi camerounaise qui limite à 18 mois les délais maximum de procédure. Faute de charges crédibles, les audiences ont été renvoyées à pas moins de sept reprises entre le 2 août 2017 et le 30 janvier 2018, ce dernier renvoi s'étant fondé sur l'absence du Président du Tribunal pour raisons de... congé personnel ! Le Cameroun n'est pas un Etat de non droit et les Camerounais ne peuvent accepter une instrumentalisation de leur système judiciaire qui met mal à l'aise ses magistrats et ses juges. DE CE QUI PRECEDE, Le REDHAC en appelle à : - La réhabilitation et à la libération sans délais de Monsieur Vamoulké ; - Assurer, protection et la sécurité physique, psychologique et morale de Monsieur Vamoulké, de sa famille et de tous ses proches ; - Invite les citoyens Camerounais à se mobiliser pour cette cause en défendant les valeurs fondamentales de Justice.

Un homme intègre

Qui est M. Amadou Vamoulké ? Un homme dont la réputation d'intégrité et d'honnêteté est établi au Cameroun. Une personnalité reconnue à l'international comme un dirigeant modèle et... audacieux. Quelles sont les preuves de cette réputation honorable de M. Amadou Vamoulké ? Il a jugé son salaire "indécent" et l'a baissé dès son entrée en fonction de 60%. Il a divisé par quatre le coût de son logement de fonction. Il a reversé systématiquement ses surplus de frais de mission. Il a créé une structure des procédures de marchés pour annuler les attributions "douteuses". Il a mis en place pour la première fois des appels à candidatures transparents à la CRTV.

Charges non fondées

Pour quelles raisons est-il "officiellement" poursuivi par un Tribunal Criminel "Spécial" ? Officiellement pour détournement de fond au seul profit de la radio télévision publique camerounaise. Ces charges sont-elles fondées ? Toutes les charges ont été démontées, les unes après les autres, pendant la procédure d'instruction. M. Amadou Vamoulké est-il accusé de détournement à des fins privées ? Aucune charge d'enrichissement personnel n'a jamais été retenue contre lui.

Soutien national et international

Pourquoi M. Amadou Vamoulké est-il emprisonné illégalement ? Son incarcération a été justifiée de manière fallacieuse par une absence de résidence connue. Il est propriétaire d'une maison (achetée 8 millions FCFA, soit environ 12.000 euros). Il est soumis à un statut de "prisonnier signalé" par les autorités, ce qui le prive notamment de sorties. Quels sont les soutiens de M. Amadou Vamoulké ? La société civile camerounaise s'est largement mobilisée en sa faveur. De nombreux dirigeants internationaux de l'audiovisuel public ont exprimé leur soutien. Une cinquantaine d'articles de presse ont dénoncé son inculpation et son incarcération injustifiées. Comment M. Amadou Vamoulké peut-il espérer être réhabilité et libéré ? Les raisons de son incarcération sont à chercher ailleurs que sur le terrain judiciaire... La solution viendra de la mobilisation de plus en plus forte des soutiens au Cameroun et à l'international.

Cameroun

Six militants anglophones condamnés à de lourdes peines de prison

Des militants des régions anglophones ont été condamnés à de la prison au Cameroun ce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.