7 Février 2018

Libye: Les routes migratoires au cœur d'un nouveau rapport de l'ONU

Le trafic de migrants existe toujours dans le pays et tend même à être exploité par des groupes terroristes, selon un document alarmant remis le 5 février au Conseil de sécurité des Nations unies. Une situation favorisée notamment par la complicité existant entre les autorités libyennes et les trafiquants d'êtres humains.

Dans un texte de cent trente-cinq pages, les experts onusiens affirment que les forces armées libyennes aident des groupes rebelles à contrôler les routes migratoires, leur permettant ainsi l'acheminement plus rapide des migrants en provenance de pays subsahariens vers le nord de la Libye.

Ce rapport pointe également une situation plus inquiétante. Selon les experts ayant participé à sa rédaction, l'organisation terroriste de l'Etat Islamique, qui dispose encore de ramifications en Libye, cherche à se rapprocher des trafiquants de migrants dans le sud du pays afin de reconstituer ses troupes et tenter une remontée vers la partie nord.

Les auteurs du document font ainsi part de leur préoccupation « sur la possible utilisation d'installations et de fonds étatiques par des groupes armés et des trafiquants pour renforcer le contrôle des routes migratoires ».

En outre, le texte cite plusieurs témoignages de migrants ayant subi des actes de tortures et toutes sortes d'abus dans des camps, avant d'être vendus comme esclaves par leurs geôliers.

Libye

Messahel s'entretient avec son homologue libyen Mohamed Tahar Syala

Le Ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel s'est entretenu, vendredi à Istanbul, avec… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.