7 Février 2018

Burkina Faso: Poisson tilapia infecte - L'importation interdite au burkina

Les services du ministère des Ressources animales et halieutiques (MRAH) ont animé hier, 6 février 2018, une conférence de presse sur l'arrêté interministériel du 18 janvier 2018 portant interdiction provisoire d'importation, de distribution et de commercialisation de poisson vivant sous diverses formes ou mort sous forme congelée. Un arrêté pris comme mesure conservatoire visant à protéger la production de poisson tilapia dans notre pays, selon Dr Adama Maïga, directeur de la Santé publique vétérinaire et de la législation.

Les pays concernés par la mesure d'interdiction sont la Colombie, l'Equateur, l'Egypte, Israël, la Thaïlande et les Philippines. L'importation, la détention en vue de la vente, la mise en vente, l'exposition et la distribution à titre gratuit de poisson tilapia sauvage ou d'élevage, vivant sous forme d'œufs, de larves, de juvéniles et de géniteurs, ou de tilapia mort sous forme congelée ou dérivée en provenance de ces 6 pays sont interdites sur le territoire national, d'après l'article 1 dudit arrêté. Et pour cause ? Ces poissons sont infectés par le virus de lac du tilapia. L'alerte a été donnée le 26 mai 2017 sur la circulation du virus, selon les conférenciers et le processus d'élaboration de l'arrêté a commencé en septembre 2017.

Pour importer le tilapia au Burkina, il est exigé un certificat d'origine, permettant de localiser le pays d'importation et un certificat vétérinaire d'importation signé du pays d'importation, a indiqué le Dr Maïga. Le problème posé à travers cette mesure d'interdiction est plus économique que sanitaire selon les conférenciers, en ce sens que sur le plan sanitaire, les dangers encourus par consommateur seraient moindres. Les fermes qui produisent le poisson tilapia au Burkina pourraient enregistrer des pertes sèches si l'on ne prenait pas des mesures conservatoires, selon le directeur général des Ressources halieutiques, Henri Zerbo.

Puisque, à l'entendre, le tilapia infecté pourrait contaminer l'espèce locale sous diverses formes au niveau des fermes. Et de rappeler au passage que la rente annuelle serait de l'ordre de 200 à 300 millions de F CFA en moyenne en termes de production de poisson. Les conférenciers ont fait savoir qu'il est difficile de distinguer le tilapia importé des 6 pays sus-cités du tilapia produit et consommé au pays, mais il n'y a pas de souci à se faire, dans la mesure où l'importation du tilapia est interdite, pour l'heure.

En 2016, par exemple, les importations de poissons étaient estimées à environ 48 000 tonnes, ont-ils confié. L'arrêté interministériel indique que seront saisis et détruits, toute espèce de tilapia sauvage ou d'élevage et tous produits dérivés de tilapia provenant des pays sus-visés, quel que soit le stade de leur traitement, conformément aux dispositions relatives à la Police zoosanitaire et sans préjudice des poursuites et sanctions prévues par la règlementation en vigueur. A quand la levée de la mesure d'interdiction d'importation de tilapia des pays visés ? Quand les autorités sanitaires internationales auront certifié que le tilapia venant des pays incriminés ne présente aucun danger.

Burkina Faso

Idrissa Ouédraogo a porté "avec brio le cinéma continental" (Abdou Latif Coulibaly)

Le réalisateur burkinabè, Idrissa Ouédraogo, décédé à l'âge de 64… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.