7 Février 2018

Congo-Brazzaville: Parution - Giscard Kevin Dessinga publie deux ouvrages

"La responsabilité du temps perdu- L'Afrique face aux enjeux et défis de la crise migratoire", et, "J'enseigne, mais comprennent-ils? Repenser la manière d'enseigner en Afrique", sont les deux nouvelles productions dans l'univers littéraire et scientifique congolais.

Dans "La responsabilité du temps perdu- L'Afrique face aux enjeux et défis de la crise migratoire", ouvrage de soixante-huit pages, paru aux éditions Publibook, le Dr Giscard Kevin Dessinga parle des opérations de sauvetage dans la Méditerranée qui se multiplient et se ressemblent, les flashs infos se succèdent, les naufrages se suivent et s'enchaînent, les « sommets » sur la crise migratoire, en Europe, sont devenus monnaie courante. Paradoxalement, le silence des gouvernants africains frise l'indifférence et l'absurdité et rien, « de nos jours encore », ne semble arrêter l'holocauste à ciel ouvert et oublié qui se passe dans la Méditerranée.

Pour l'auteur de cet essai, l'immigration en masse des jeunes africains vers l'Europe, au risque et péril de leur vie, n'est en réalité qu'un iceberg qui cache un problème de fond, la mauvaise gouvernance politique (amateurisme en politique et débrouillardise démocratique, pérennité des régimes répressifs et oppressifs qui sèment la mort et la terreur), médiatique et sécuritaire (mort de la liberté d'expression et de presse, fermeture de l'espace médiatique, terrorisme), économique (injuste répartition des ressources du sol et du sous-sol, manque de péréquation sociale, chômage endémique et pandémique des jeunes), culturelle (enseignement au rabais, contreproductif qui apprend à croire plutôt qu'à raisonner).

Comment s'y prendre alors ? Pour Giscard Kevin Dessinga, ce problème n'est pas à résoudre en aval, mais en amont, pas au point d'arrivée, mais au point de départ, en ramenant à la lumière les motivations et les raisons qui poussent des milliers de personnes à quitter leurs pays. Qui porte la responsabilité d'un tel drame, pourquoi ces hommes, femmes et enfants quittent-ils leur terre, que cherchent-ils et pourquoi ne trouvent-ils pas chez eux l'objet de leur désir ? À ces questions et bien d'autres du genre, il faut y apporter de vraies, franches, sincères et non idéologiques et diplomatiques réponses, soutient-il.

"J'enseigne, mais comprennent-ils ? Repenser la manière d'enseigner en Afrique"

Dans son second ouvrage, de soixante pages, paru également aux éditions Publibook, l'auteur évoque le système d'enseignement en Afrique, qui est passé à travers quatre périodes, avec, chacune, ses caractéristiques propres et spécifiques, ainsi que ses tares : l'école traditionnelle (empirique, propédeutique à la vie), l'école coloniale (assimilation, aliénation et dépersonnalisation), l'école post-indépendantiste (trop théorique, imitation du maître et désincarnation), l'école à l'heure de la démocratisation (libéralisme et simonie intellectuelle).

« De nos jours, l'on voit se déployer et émerger un enseignement théorique, désincarné, calqué sur celui des métropoles, coupé de la réalité et de la vie réelle des apprenants. Un enseignement superficiel, bancaire, répétitif qui forme des perroquets, des gens incapables de penser par soi et pour soi. Ici, l'apprentissage ne suit pas la scolarisation. Bref, l'école forme des handicapés sociaux et des incapables professionnels. Dans un style simple, familier et pétillant, l'auteur crie son ras-le-bol sous forme d'appel au changement : simplifions notre manière d'enseigner, utilisons des paroles simples, ordinaires, à la portée, si pas de tous, du moins de la plupart », déclare l'auteur.

Avant d'ajouter: « n'inventons pas des paroles inutiles, ambiguës et obscures. La science, c'est la clarté et non l'obscurantisme, la simplicité et non la complexité. Un enseignement plus limpide et simplifié, à la portée de tous, transmis avec les termes de tous les jours. Un enseignement vulgarisé et non vulgaire, popularisé et non populaire et populiste. Voilà ce qu'il nous faut aujourd'hui en Afrique. »

Rappelons que Giscard Kevin Dessinga, actuellement supérieur majeur des frères franciscains au Congo, est docteur en philosophie, romancier-essayiste et enseignant-chercheur à l'université Marien-Ngouabi.

Congo-Brazzaville

Parution - Bob Bobutaka publie sur les relations profondes entre les deux Congo

Kinshasa et Brazzaville ne sont pas les deux capitales les plus proches au monde pour rien. Et s'il n'y a jamais eu de… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.