7 Février 2018

Congo-Brazzaville: Livre - Reine Annaëlle Eba signe « Entre les lignes du destin »

Paru en juin 2017 aux éditions l'harmattan- Congo, l'ouvrage compte cent quarante-quatre pages.

Princesse est une jeune fille comblée, son père aime bien l'appeler Mouangonga, ce nom lui rappelle son unique sœur qui n'est plus de ce monde. La jeune fille a un petit frère, David, il est le portrait craché de leur père. Les deux fréquentent dans une école privée.

Toutes les vacances, ils partent en France. Les parents leur parlent toujours en français, Princesse et David sont entourés d'une famille chaleureuse au sein de laquelle règne une parfaite harmonie.

Leur père est un râleur, par excellence, au volant de sa Mercédès-Benz rouge, il les dépose tous les matins à l'école « Eh ! mais yo, tu ne vois pas la voiture ? Tu veux que je te rentre dedans ? Non, mais ces nègres-là n'ont pas peur des voitures », cria-t-il après le flâneur, page 6.

Sur le chemin de l'école, ils ont droit à un spectacle. « Boso mba ngo, ibomila kousou ! Tu n'écoutes pas le son du moteur ? Après, soki na tuti yo, ce sera ma faute, non ! », le père s' adresse à une dame. Celle-ci rétorque: « C'est parce que t'es au volant d'une Mercédès que tu te crois tout permis ? ».

Son fils David prend également plaisir à insulter les « chauffards de Brazzaville », en particulier ceux des bus et des taxis.

Leur père a toujours un ou deux gardes du corps, les gens le saluent avec égard, presque comme des révérences. A leur retour, la ruelle était envahie par une foule en pleurs, des femmes foncent sur eux pour les accueillir. Deux d'entre elles sont habillées en pagne similaire, l'une dit: « Princesse tu as grandi, hein Yaya!, tu ne me connais plus ? ». « Non, je ne crois pas, elle était encore dans le berceau, la dernière fois qu'elle t'a vue. », répond le père.

La majorité des femmes qui pleurent sont ses "petites mamans", c'est son oncle préféré, Nicolas, qui est décédé. « C'était mon préféré, il m'achetait toujours des bonbons et me portais sur son dos même quand il jouait au foot avec mes petits cousins. Je ne comprends toujours pas. Pourquoi sa photo est- elle accrochée au mur ? Je l'ai vu la veille et nous avions joué à cache-cache. », page 11.

Princesse n'apprehende pas ce que ces gens lui disent, certains sourient et chuchotent. D'autres lui parlent en lingala et d'autres encore en mboshi, la jeune fille ne comprend aucune des deux langues.

Congo-Brazzaville

Disparition - Les handballeurs rendent un dernier hommage à Madeleine Mitsotso

Décédée le 8 mai, l'ancienne gloire des Diables rouges handball a été conduite… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.