7 Février 2018

Congo-Kinshasa: La pomme de terre pourrait disparaître dans l'est du pays

Premier producteur de la denrée alimentaire dans le pays, le Nord-Kivu n'a plus renouvelé son programme des variétés depuis les années 1980. Aujourd'hui, un problème sérieux se pose pour accéder à des semences de bonne qualité et surtout à un coût abordable.

Fatigués de s'approvisionner à des coûts exorbitants auprès des coopératives multiplicatrices et agriculteurs privés du Rwanda et de l'Ouganda, les agriculteurs de la pomme de terre du Nord-Kivu appellent à une prise de conscience nationale. La question est d'autant plus préoccupante qu'ils doivent faire face à des tracasseries policières et au risque de perte des semences à la frontière, alors que la loi agricole et son arrêté interministériel d'application réglemente déjà l'importation et l'exportation des intrants agricoles.

Le débat actuel ne concerne pas que le risque de disparition de la pomme de terre. C'est tout l'avenir du secteur agricole qui se joue désormais dans les futures politiques agricoles du pays. Une telle faiblesse est d'abord le fruit de l'incapacité de l'Inera (Institut national d'étude et de recherche) et des centres d'adaptation pour la production des semences améliorées de rendre disponibles des semences de qualité aux agriculteurs du coin. Même si des voix s'élèvent pour rappeler la distance géographique énorme entre le Nord-Kivu et les deux principales sources de production des semences de base du pays, il y a tout de même un faible appui et accompagnement public préjudiciable aux producteurs agricoles.

Par le passé, ce déficit de relation a conduit à la création de la Fédération des organisations des producteurs agricoles du Nord-Kivu. Cette dernière a mis en place un programme d'appui-conseil pour accompagner les coopératives du Masisi dans leur structuration en sociétés coopératives. L'idée était de les aider à développer un système de valorisation des semences améliorées localement. Pour les mettre à niveau, il a fallu passer par des apprentissages, des voyages d'échanges et même l'amélioration des conditions de stockage et de conditionnement des semences de la pomme de terre.

Sauver l'agriculture en danger

Aujourd'hui, il y a un appel pressant des organisations paysannes pour sauver l'agriculture en danger. Les producteurs agricoles éprouvent de plus en plus de difficultés à s'approvisionner en semences de bonne qualité dans le Nord-Kivu et même ailleurs. L'on s'imagine la situation dans d'autres provinces du pays qui ont fini par perdre leur vocation agricole au fil des années, faute de matières premières de qualité. Cela concerne aussi bien la pomme de terre que le maïs, le riz, le haricot, le soja... Et la distance ne facilite pas non plus la tâche aux petits agriculteurs du Nord-Kivu qui ne peuvent s'approvisionner régulièrement sans exploser leurs budgets. Et même s'ils le font, ils ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour assurer la bonne conservation des semences, sans compter l'absence de structuration des producteurs semenciers dans les sites agricoles.

Cette situation va continuer à profiter aux pays voisins exportateurs des semences. Ceux-ci continueront à déverser leurs produits à des coûts onéreux et sans possibilité de contrôle pour les services congolais. Plusieurs témoignages font état d'une baisse de la production du haricot et du maïs dans certaines localités du Nord-Kivu, faute de bonnes semences.

Bien au-delà du seul Kivu, il est temps que le pays réfléchisse plus sérieusement sur les recherches à réaliser pour produire des semences qui s'adaptent aux différentes zones de production du vaste territoire national. Il y va de la réussite du projet d'autosuffisance alimentaire. Par ailleurs, un appui à la vulgarisation des semences et un transfert des acquis à la base représente également d'autres défis de taille pour la RDC au cours des prochaines années.

Congo-Kinshasa

Ebola en RDC - A l'aéroport de Mbandaka, les contrôles médicaux s'enchaînent

A Mbandaka, dans le nord-ouest de la RDC, le ministre de la Santé Dr Oly Ilunga a confirmé vendredi soir… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.