7 Février 2018

Burkina Faso: Diversité minière au pays

L'hebdomadaire Conseil des ministres s'est tenu, le mercredi 7 février 2018, à Kosyam sous la direction du Premier ministre Paul Kaba Thiéba par délégation de pouvoir comme le prévoit la Constitution en l'absence du président du Faso. Plusieurs dossiers étaient sur la table du gouvernement.

Les membres du gouvernement Paul Kaba Thiéba III ont pris connaissance des potentialités minières au Burkina Faso à travers un rapport présenté par le ministère de tutelle. Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, Rémis Fulgance Dandjinou, l'a fait savoir à l'issue du Conseil des ministres tenu, le mercredi 7 février 2018, à Kosyam sous la présidence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Compte tenu de la multiplicité des potentialités minières relevées dans ledit rapport, le porte-parole du gouvernement a annoncé une série de mesures prises par le Conseil.

Il s'agit de la nécessité de développer des codes miniers spécifiques aux potentialités minières existantes et de mettre en place un plan d'urgence de renforcement du ministère des Mines et des Carrières en ressources humaines. « Nous avons également décidé de développer en urgence des études sur les cibles planifiées notamment les métaux ferreux et non ferreux et d'avoir une réflexion tactique en ce qui concerne les métaux stratégiques et d'autres éléments », a soutenu le ministre Dandjinou. Outre les questions minières, les ministres ont, au cours du Conseil, mené la réflexion sur l'économie numérique.

125 personnes naturalisées

Selon le porte-voix du gouvernement, ils ont à cet effet, donné quitus au ministère du Développement de l'économie numérique et des Postes pour engager des discussions sur l'attribution des technologies neutres, l'établissement et l'exploitation de réseaux de services de communications électroniques au Burkina Faso. « Il s'agit d'initier des échanges sous la direction du ministère de l'Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) et la conduite de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) pour ce qui est de la licence 4G acquise par notre pays », a précisé le ministre. Le volet éducation était également au menu des échanges au Conseil.

Au titre du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'innovation, le gouvernement a approuvé le statut de l'université Nazi- Boni en vue de le rendre conforme au décret 2014-612 du 24 juillet 2014 portant statut général d'établissement public de l'Etat à caractère scientifique, culturel et technique.

A écouter Rémis Fulgance Dandjinou, le Conseil a aussi adopté deux décrets portant respectivement création d'emplois de maîtres-assistants, de professeurs titulaires et nomination d'enseignants aux postes de professeur titulaire à l'université Ouaga II. « Ces nominations permettront d'avoir 46 maîtres- assistants au lieu de 38 précédemment et 6 professeurs titulaires contre 3 auparavent à l'université Ouaga II », a relevé le ministre en charge de la communication. Il a, par ailleurs, indiqué que l'exécutif a, au titre du ministère en charge de la justice, adopté un décret portant naturalisation de 125 personnes.

Burkina Faso

Derniers adieux à un Maestro !

Ce moment empreint d'émotions était marqué par une série de témoignages de personnes… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.