8 Février 2018

Congo-Kinshasa: Indaba Mining - Le secteur minier de RDC au cœur de la polémique

La grande messe des investissements miniers sur le continent, Indaba Mining, se poursuit au Cap, en Afrique du Sud. L'occasion pour les gouvernements et les investisseurs de faire valoir la bonne santé de leurs entreprises, leurs choix politiques. En plein bras de fer sur le futur code minier entre le gouvernement congolais et les entreprises, beaucoup de regards étaient tournés vers les officiels congolais.

Lundi, c'est Albert Yuma, le patron de la Gecamines (Société Générale des carrières et des mines de RDC), qui, avant même le ministre des Mines de son pays, a dit tout le mal qu'il pensait des partenaires de son entreprise. Une dizaine de sociétés accusées par un audit qu'il a commandité et dont il livrait les résultats d'avoir ruiné le géant minier congolais : « Après plus d'une décennie de partenariat industriel, nous avons fait le constat d'un système structurellement déséquilibré en faveur de nos partenaires, et qui ne permet ni au pays ni à la Gecamines de percevoir une part suffisante de la richesse produite dans le cadre de l'exploitation des richesses de son sous-sol ».

Dans les jours qui suivent, ce sont les patrons des entreprises concernées qui sont montés au créneau. C'est le cas du PDG de Randgold, Mark Bristow, qui ne manque pas d'égratigner le gouvernement pour son manque de concertation, comme Albert Yuma, qui est aussi le patron de Fédération des entreprises du Congo. Pour lui, comme pour d'autres miniers, le président de la FEC, en soutenant une forte hausse de toutes les taxes et redevances, ne défend pas les investisseurs ni les entreprises.

Le débat ne sera en tout cas pas tranché à Indaba. Le ministre congolais des Mines, Martin Kabwelulu, s'est refusé à confirmer ce mercredi la promulgation du nouveau code minier tant contesté. « Le code est avec le président », s'est-il contenté de dire.

Congo-Kinshasa

Une militante du droit des femmes en RDC primée à Genève

« Le corps des femmes était le champ de bataille des hommes ». Cette phrase est de Julienne Lusenge,… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.