9 Février 2018

Afrique: Intégration économique - Les banquiers africains invités à jouer un rôle avant-gardiste

La 29ème édition des journées annuelles du Club des dirigeants de banques et établissements de crédit s'est ouverte à Dakar hier. Une occasion pour les autorités sénégalaises d'inviter les professionnels du système bancaire africain d'être un vecteur de l'intégration de l'Afrique.

Des professionnels de la banque, des marchés financiers et des économistes sont réunis lors de la 29ème édition des journées annuelles du Club des dirigeants de banques et établissements de crédit des économistes ouverte hier pour plancher sur le devenir du système bancaire africain dans un contexte de mise en œuvre des reformes bancaires démarrée depuis le 1er janvier dernier. La rencontre a servi de cadre au représentant du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan, Bassirou Niass, pour inviter les dirigeants de banques à jouer leur partition dans le processus d'intégration du continent. Il estime que dans un contexte où les Etats africains s'évertuent à construire de grands ensembles économiques en Afrique, l'intégration des systèmes bancaires devient un défi et un impératif.

D'après lui, sa prise en charge passera nécessairement par le rapprochement des systèmes bancaires du continent pour lequel le club des dirigeants en Afrique a un rôle « primordial » à jouer. M. Niass soutient que par des échanges d'expériences, une assistance technique mutuelle, une interconnexion des systèmes de paiement et une ouverture des marchés interbancaires, il est possible de jeter les bases d'un système bancaire africain intégré et vecteur de l'intégration économique africaine. Il ajoute qu'il revient aux dirigeants de banques et d'établissements de crédits d'être à l'avant-garde de ce combat qui favorisera le développement des échanges intra-africains et l'intégration des peuples au plan économique et social.

A son avis, les banques africaines peuvent jouer un rôle fondamental dans le processus de l'intégration africaine en fluidifiant les échanges commerciaux et en favorisant une croissance inclusive au niveau du continent. A ce titre, il indique que c'est avec un bon ancrage dans nos terroirs et des interventions optimales au profit des secteurs prioritaires comme l'agriculture qu'elles arriveront à faire de la finance socialement responsable. Autour de la thématique : « Enjeux et défis pour la banque africaine de demain : entre innovations et risques », les dirigeants africains de banques et établissements de crédits se sont penchés sur la question de la gestion des risques.

« Le risque étant notre compagnon, il s'accroît avec l'innovation qui devient incontournable », note Bocar Sy, président de l'Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal. Patrick Mestrallet, président du Club des dirigeants de banques et établissements de crédits, a souligné que dans un secteur où le changement et l'innovation sont permanents et face à la concurrence croissances des technologies de l'information et de la communication, le Club se doit de suggérer des éléments de réponses et des pistes de réflexion adaptés aux nombreux défis qui se présentent à ses membres. D'après lui, les banques africaines, pour continuer à créer de la valeur, doivent s'adapter à la réglementation et en tirer profit pour approfondir la gestion de leurs prises de risques afin de relever les défis aux côtés des Etats et de leur clientèle. Pour le représentant du ministre de l'Economie, des Finances et du Plan, Bassirou Niass, la maîtrise des risques est gage de la viabilité et de pérennité du système bancaire.

28 GROUPES BANCAIRES NOTÉS DANS L'ESPACE UEMOA

Citant un document du Fonds monétaire international paru en 2017, le professeur d'économie Babacar Sène souligne que la zone Uemoa compte 102 banques et 28 groupes bancaires. Il ajoute que les 13 groupes bancaires les plus importants regroupent 80 % des actifs. S'agissant du paysage bancaire africain, l'économiste soutient qu'il a connu une mutation profonde ces dernières années du fait de la présence de banques transfrontalières à caractère systémique. Il cite l'exemple du groupe Ecobank qui s'est vu conférer le statut d'organisation internationale et d'établissement non résident dont le siège est au Togo. D'après lui, ces groupes bancaires ont joué un rôle important dans le financement des économies africaines. Ils ont contribué à accroître la concurrence bancaire en offrant à leurs clients des produits et services innovants tout en s'appuyant sur des systèmes d'information et de gestion très modernes.

Sénégal

ODD - Un forum de haut niveau le 5 mars prochain à Abidjan

Démontrer un leadership et un engagement de haut niveau d'une part, fixer des priorités d'action, aux fins… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.