9 Février 2018

Sénégal: Jeux Olympiques Tokyo 2020 - Le Cnoss accorde des bourses olympiques

Le judoka Mbagnick Ndiaye recevant sa bourse des mains du secrétaire général du Cnoss, Seydina Diagne.

Le Sénégal veut faire bonne figure lors des prochains Jeux olympiques prévus en 2020 à Tokyo au Japon. Dans le but de bien préparer ce grand rendez-vous sportif mondial, le Comité national olympique et sportif sénégalais (Cnoss) a attribué, hier, des bourses d'excellence à un groupe d'athlètes et à des fédérations susceptibles de valoir au Sénégal des médailles.

Depuis Amadou Dia Bâ qui avait décroché, à Séoul en 1988, l'unique médaille olympique sénégalaise (deuxième place aux 400 m haies), le drapeau national n'a plus flotté aux Jeux olympiques.

Pour inverser la tendance, le Comité national olympique et sportif sénégalais (Cnoss) a décidé de placer la barre très haute et d'avoir, à nouveau, des athlètes performants et capables de briller.

Pour les soutenir dans leur quête d'excellence, le Cnoss a, grâce à la solidarité olympique, attribué des bourses à des athlètes, des fédérations et autres. La cérémonie de signature des contrats s'est déroulée en présence des acteurs sportifs ciblés hier. À en croire Seydina Diagne, le Cnoss, en relation avec le Comité international olympique (Cio), par le canal de la structure Solidarité olympique, a attribué des bourses qui vont couvrir le quadriennal 2017-2020.

Le comité de sélection, composé de l'ensemble des directeurs techniques nationaux, a analysé les différentes candidatures avec comme critères d'attribution le palmarès, la performance, le ranking, le niveau international, l'âge, les chances de qualification, entre autres. En sport individuel, Anta Sambou et Adama Diatta (lutte), Jean Pierre Bourhis (canoë-kayak), Moustapha Kama (taekwondo), Amadou Diagne (athlétisme) et Mbagnick Ndiaye (judo) ont été choisis.

Un septième athlète reste cependant à déterminer, a fait savoir Seydina Diagne, le secrétaire général du Cnoss. « Chaque athlète bénéficiera d'une bourse de 32.000 dollars, compte non tenu des 5.000 dollars qui seront mis à la disposition de l'athlète pour lui permettre de voyager. Tous les quatre mois, l'athlète touchera 4000 dollars jusqu'aux Jeux olympiques ; ce qui fera au total 32.000 dollars », a-t-il précisé. De même, a indiqué M. Diagne, beaucoup de fédérations internationales ont aujourd'hui arrêté d'organiser des qualifications au niveau continental. Les qualifications se font désormais au cours des compétitions homologuées au niveau international. « La qualification est devenue très difficile dans certaines disciplines. Elle se fait maintenant au niveau ranking.

Cette bourse permettra donc de couvrir les dépenses liées aux déplacements pour leur permettre de participer aux compétitions internationales pour pouvoir gagner des points, aux programmes d'entraînement », a-t-il fait savoir. Le Cnoss a également attribué des bourses à dix fédérations olympiques. Il s'agit de l'athlétisme, du canoë-kayak, du cyclisme, du golf, du karaté, de la natation, du pentathlon moderne, du rugby, du tir à l'arc et du triathlon. Cette bourse leur permettra, selon M. Diagne, d'organiser des stages techniques de niveau 1, 2 ou 3. Ces stages techniques, a-t-il précisé, tournent autour de 10.000 à 15.000 dollars pour chaque fédération, compte non tenu du billet d'avion de l'expert et de son séjour au Sénégal.

LE MINISTÈRE DES SPORTS MISE SUR UNE GESTION CIBLÉE DES ATHLÈTES

Le Directeur de la haute compétition (Dhc) Souleymane Boun Daouda Diop a indiqué, hier, que le ministère des Sports va venir en appoint au Cnoss qui a négocié ces bourses olympiques. « Nous allons mettre en place une politique de gestion ciblée des athlètes. Nous allons demander aux fédérations de nous envoyer une liste d'athlètes susceptibles de se qualifier pour Tokyo 2020.

Et au lieu d'éparpiller nos forces sur des athlètes qui n'ont pas le niveau mondial, nous allons orienter beaucoup de moyens sur les chances de médailles pour qu'ils puissent participer à toutes les compétitions où ils pourront marquer des points, qu'ils puissent avoir un suivi médical, scolaire. Nous allons les mettre dans les meilleures conditions de qualification », a-t-il assuré. Pour le Dhc, l'objectif confié au Cnoss est de tout faire pour qu'en 2020, le Sénégal décroche une médaille olympique. « C'est bien possible parce que nous avons les compétences, les dirigeants et les athlètes. S'ils mettent toute leur énergie, ils pourront nous valoir de réelles satisfactions », a-t-il assuré, en invitant les uns et les autres à veiller sur l'utilisation optimale de ces bourses, et de ne pas faire un détournement d'objectif.

La semaine prochaine, il sera procédé à l'arbitrage des compétitions internationales 2018.

L'ÉQUIPE FÉMININE DE HANDBALL BIEN SERVIE

Pour le sport d'équipe, la sélection nationale féminine de handball a été l'heureuse élue. Une bourse de 60.000 dollars lui a été attribuée pour l'aider à se préparer aux prochaines échéances et qui pourrait aboutir à une qualification pour Tokyo 2020. Ce n'est pas la première fois que la sélection nationale bénéficie de ce soutien. « Pour le quadriennal 2013-2016, nous avions attribué cette bourse à l'équipe de handball ; ce qui leur avait valu pour la première fois une médaille de bronze aux Jeux africains de Brazzaville en 2015, d'aller en finale de la Coupe d'Afrique, mais aussi de faire partie des quatre pays africains choisis pour le tournoi préolympique, malheureusement l'équipe a terminé à la troisième place », a fait savoir M. Diagne. Cet argent, a-t-il noté, aidera l'équipe à mieux se préparer, à organiser des stages d'entraînement ; surtout que, a-t-il souligné, l'écrasante majorité de l'équipe évolue en France.

Outre le handball, la fédération de gymnastique a bénéficié de cette bourse d'excellence pour permettre le développement de la structure nationale. « La gymnastique existe au Sénégal; pour doper la discipline, la bourse qui lui est attribuée permettre d'amener un expert qui restera au Sénégal pour cinq mois afin d'aider à la structuration et au développement de la discipline. D'autres fédérations ont déjà bénéficié de cette bourse », a relevé le secrétaire général du Cnoss.

Le président de la Fédération sénégalaise d'athlétisme a apprécié ce geste du Cnoss à sa juste valeur. Selon Sara Oualy, le sport de haut niveau demande d'importants moyens financiers. « C'est un coup de pouce non négligeable et ça vient à son heure, parce que l'athlète a besoin d'être suivi sur le plan médical. Il doit aussi voyager, participer à des compétitions de haut niveau pour réaliser des minima afin de participer de façon honorable aux Jeux olympiques », a dit M. Oualy. Il a beaucoup insisté sur une bonne utilisation des moyens qui permettra au Cnoss de renouveler les tranches à venir. Mbagnick Ndiaye, judoka qui combat dans la catégorie des plus de 100 kg, a abondé dans le même sens. Cette bourse, a-t-il dit, leur permettra de redoubler d'efforts pour atteindre leurs objectifs.

GESTION D'UN GROUPE PROFESSIONNEL : LE COMITÉ OLYMPIQUE ENVOIE JOSEPH KOTO EN STAGE EN FRANCE

Depuis quelques années, le Cnoss accorde des bourses à certains techniciens pour leur permettre de se perfectionner. Cette année, le choix s'est porté sur Joseph Koto, sélectionneur de l'équipe olympique (U23). À travers ce geste, le Cnoss vise, selon Seydina Diagne, à aider le technicien à se perfectionner davantage. « Joseph Koto a tous les diplômes requis. Il a un palmarès très reluisant par rapport à ses collègues sénégalais et nous pensons qu'en relation avec la Direction technique nationale, il faut l'aider à intégrer une structure pour qu'il puisse apprendre la gestion d'un groupe professionnel », a indiqué Seydina Diagne, qui estime que c'est ce qui lui a manqué en 2012, quand il avait en main la sélection A. Aujourd'hui, a-t-il précisé, le Cnoss est en contact avec la Fédération française de football (Fff) afin de l'amener à Clairefontaine pour un stage de cinq mois ou dans une équipe professionnelle où il va vivre l'ambiance de la vie de groupe. « La gestion d'un groupe professionnel est très importante pour un entraineur. Avec la Fff, nous avons jeté notre dévolu sur l'Olympique Lyonnais et nous voulons que Joseph Koto soit dans l'encadrement technique du club pour capitaliser de l'expérience », a indiqué M. Diagne.

Sénégal

53éme Assemblées annuelles de la BAD - La ville de Busan prête à donner le coup d'envoi

C'est demain lundi 21 mai, que s'ouvrent à Busan, la deuxième ville de Corée du Sud, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.