9 Février 2018

Congo-Brazzaville: Zénon Mosseli - « Le bois respire comme nous et a une âme »

interview

Des études en électricité à la sculpture sur bois, l'ébéniste nous raconte son parcours parsemé d'aventures, entre quête de l'excellence et désir de vivre de son art. Fils d'un charpentier, il se fraie un chemin grâce à l'héritage transmis par son père. Il expose ses œuvres le long de ce mois de février à la Galerie du Bassin du Congo à Brazzaville. Une exposition temporaire à découvrir.

Zenon Mosseli, des études en électricité à l'ébénisterie, pourquoi ce revirement ?

L'ébénisterie est innée, car je n'ai pas fréquenté des écoles pour peaufiner mon art. J'ai surtout appris auprès de mon père quand j'avais 18 ou 20 ans. C'était un grand charpentier. À force d'aider mon père, cela m'a poussé à faire la sculpture et l'ébénisterie.

Depuis quand exercez-vous ce métier d'ébéniste ?

Je me suis réellement investi depuis 1983. Mais dans ce métier, il y a beaucoup de difficultés, parce que vous pouvez vendre une œuvre aujourd'hui et il faut attendre longtemps pour en vendre une autre. Parfois vous ne vendez pas à votre prix.

À voir la finesse avec laquelle vous réalisez vos œuvres, qu'est-ce qui vous motive au quotidien ?

C'est par passion. « Tu as la touche d'un homme qui sort de l'ordinaire », me disait un Français d'origine juive. Après ses conseils, j'ai commencé à travailler avec Me Tamba et Lufua - grands artistes RD congolais- pour avoir la finesse. Me Lufua avait une manière exceptionnelle de fignoler ses œuvres. Cette phase lui prenait beaucoup de temps. Il consacrait tout un mois rien que pour la finition d'une œuvre. En sculpture, mes deux formateurs n'acceptaient pas de faire la copie d'une pièce. Ils ne vendaient que des originaux. Cela m'a réellement inspiré. La vente des œuvres achetées auprès d'autres artistes m'avait beaucoup motivé. Depuis, je me focalise sur la finition. Ce qui fait que mes œuvres soient d'une certaine valeur. Celui qui connaît la valeur de l'œuvre, c'est son auteur, même si l'œuvre a été travaillée par plusieurs personnes. Je réalise des œuvres qui ont de la vibration. Le bois respire comme nous et a une âme. Une œuvre d'art n'a pas de prix, cela dépend de celui qui achète et de celui qui vend.

Depuis la mi-janvier, vous avez ouvert une exposition solo à la Galerie du Bassin du Congo, quel est votre regard sur le niveau des artistes au Congo ?

C'est depuis 2010 que je laisse mes œuvres à la disposition de la Galerie. En effet, je reçois beaucoup de félicitations pour cette exposition solo. Mais la vérité est qu'il n'y a vraiment pas d'amateurs des œuvres d'art. Il y a des gens qui travaillent pour travailler. Il n'y a pas de symétrie dans leurs œuvres. Même si l'œuvre est stylée, elle doit avoir la symétrie et la proportion. C'est cela une œuvre. Les œuvres qu'on ne peut pas critiquer sont celles que Dieu a faites. Là où s'arrête l'intelligence de mes amis, commence la mienne. Et là où se termine mon intelligence, c'est là où commence celle de Dieu. Ce que je fais, je n'ai pas de semblable que ce soit à Kinshasa ou à Brazzaville.

Quelles sont les œuvres d'art que vous avez mises en exergue au cours de cette exposition ?

Ngobila bweta b'onè ( Ngobila le grand tourbillon) ; la femme fleur (pour honorer la femme) ; le pouvoir du chef ; le ngola ya ba nanga (le jeu ngola des riches) ; les plateaux, naturel et oval ; les géants de la forêt ; le naturel ; le troupeau en bronze... Ces œuvres ont été réalisées avec les bois de meilleure qualité à l'instar de l'ébène, de l'acajou, du wengué...

Que voulez-vous ressortir au travers de cette exposition ?

Dans cette exposition, j'ai voulu donner la valeur à nos cultures traditionnelles. Le but est vraiment de mettre en lumière les compétences artistiques des Congolais que beaucoup de gens ignorent. Toutes les pièces que je réalise sont faites à la main. Et tout ce qui se fait à la main doit coûter cher.

Après cette exposition, comment voyez-vous votre avenir ?

J'ambitionne d'apporter cette exposition sur la scène internationale pour que les autres s'intéressent et s'inspirent de la culture congolaise. Ma vision est donc de mettre en valeur les cultures ancestrales...

Congo-Brazzaville

Classement FIFA - Le Congo 88e mondial et 19e sur le continent

La prestation des Diables rouges au dernier Championnat d'Afrique des nations (Chan) a permis au pays de gagner huit… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.