10 Février 2018

Madagascar: Embouteillage à Ambohibao - Un ministre sort de voiture, la braguette mi-ouverte

Le phénomène est en train de se banaliser si ce n'est déjà le cas. De jour comme de nuit, ça court les rues. Au propre comme au figuré.

Il ne se passe pratiquement de jour voire de nuit sans entendre des sirènes qui ne proviennent pas forcément de véhicules prioritaires genre ambulance, pompiers, police, Emmo sécurité... Encore qu'ils n'actionnent pas leurs gyrophares lorsqu'ils ne sont pas en service. Contrairement aux voitures de bon nombre de « mpitondra » dont la conduite fait souvent fi des dispositions du code de la route et des règles régissant la circulation sur la voie publique. A l'instar de cette Volkswagen Passat qui roulait à tombeau ouvert (c'est le cas de le dire) et dépassait toutes les voitures de devant sans tenir compte de celles qui venaient dans l'autre sens. C'était avant-hier vers 20h 35 du côté d'Ankazomanga.

Anonymat. Hier en début d'après-midi, une 4 x 4 Mitsubishi de couleur noire se frayait aussi un passage au niveau du rond point d'Antanimena. Qui plus est, elle était précédée d'une fourgonnette équipée de gyrophare qui faisait office de voiture ouvreuse. A moins de connaître leurs plaques d'immatriculation, les vitres fumées préservaient l'anonymat de ces supposées VIP qui pensent avoir la priorité partout et devant tous.

Interpeller. L'exemple vient d'en haut. Un taxi-ville (sans lanterne) et un taxi-be ont suivi une Toyota V8 qui était sortie de la file de voitures bloquées dans un embouteillage monstre au niveau d'Andranomena. Feux de détresse dehors, la 4 x 4 Land Cruiser fonçait à vive allure, obligeant les voitures qui venaient en face, à ralentir et à se rabattre en catastrophe sur les bas côtés de la route Digue. Peu de temps après, un cortège de 5 véhicules dont un Land Rover court châssis (encore de couleur noire et aux vitres fumées) doublait à son tour la longue file de voitures de « Monsieur Tout le Monde ». Excédé, l'un de ces derniers qui a raconté la scène sur sa page Facebook, a refusé de laisser passer la dernière voiture, une Volkswagen Tiguan. Et de raconter qu'une fois arrivé au niveau de la nouvelle station Total à Ambohibao, « un homme est sorti de la Tiguan sans se rendre compte que la braguette de son pantalon était mi-ouverte et sa ceinture presque dénouée ». Et ce, pour l'interpeller en ces termes : « Pourquoi avez-vous refusé de me céder le passage ? »

Textes en vigueur. « Pourquoi n'êtes-vous pas parti plus tôt si vous étiez pressé ? », devait répliquer son interlocuteur. « Vous savez fort bien que je ne suis pas maître de mon temps », a rétorqué le premier qui se reconnaîtra sans doute. Et que le second a vite reconnu comme étant un membre du gouvernement, n'étant pas lui-même un inconnu dans le microcosme notamment dans le milieu judiciaire de par sa qualité de magistrat. « J'ai failli rappeler à ce ministre que selon les textes en vigueur, seuls les chefs d'institution ont la priorité sur la voie publique », a commenté l'homme de droit. Tout en se disant qu'il n'y avait pourtant pas de conseil de gouvernement ni de ministres ce dimanche là. D'ailleurs, le ministre et sa suite prenaient la direction de Talatamaty et non pas de Mahazoarivo ou d'Iavoloha. A son retour d'Ivato où il avait ramené quelqu'un à l'aéroport, le magistrat a du reste eu la surprise de voir les 5 véhicules « prioritaires » garés devant un restaurant. Sur les réseaux sociaux, on ne manquera pas de commenter qu'« ils étaient peut-être morts de faim ». Une allusion à l'appétit insatiable des princes qui nous gouvernent.

Madagascar

Rentrée réussie d'Andry Rajoelina

Sa rentrée médiatique a été l'événement politique du week-end. Quoi qu'on… Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.