10 Février 2018

Madagascar: Secteur minier - Renforcement du contrôle et des inspections via satellite

L'instauration d'une nouvelle structure est déjà à l'étude pour assurer la régulation de la filière pierres précieuses et pierres fines à l'instar de la filière or.

Plus de 4 000. Tel est le nombre de permis miniers délivrés par le ministère en charge des Mines et qui concernent l'exploration et l'exploitation des ressources minérales. Cependant, « les titulaires de moins de 2 000 permis paient des redevances et taxes auprès de l'Etat. Et parmi lesquels, seuls les détenteurs d'une quarantaine de permis en paient chacun plus de 5 000 USD. Par contre, les sociétés opérant dans la grande mine notamment Ambatovy, QMM et KRAOMA génèrent une recette de plus de 3 000 milliards d'Ariary en 2016. Les résultats sont quand même encourageants même si l'objectif n'est pas encore atteint», a évoqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah lors de la présentation de vœux de son département hier à l'espace « Le Krypton » à Ambohimalaza.

Informatisation. Raison pour laquelle, « nous allons renforcer cette année le contrôle et les inspections des activités minières pour tous les titulaires des 4 000 permis sans oublier ceux qui font des exploitations illicites. Nous utiliserons ainsi des spots satellitaires pour identifier au moment précis ce qui se passe réellement dans les sites miniers étant donné que les carrières se trouvent notamment dans des zones très reculées », a-t-il déclaré. En outre, le ministère de tutelle entame en ce moment dans la phase de l'informatisation en utilisant des logiciels servant à renforcer ce contrôle, et ce, en collaboration avec les partenaires techniques et financiers. Des Bureaux d'Administration Minière (BAM) et des polices des Mines seront en même temps mis en place dans d'autres régions afin d'assurer l'administration de proximité. Ces entités se chargent du contrôle et des inspections de toutes les activités minières.

Traçabilité. Par ailleurs, « notre perspective cadre bien la vision « Fisandratana » 2030 concernant la traçabilité des mines et des pierres précieuses. A cet effet, l'instauration d'une nouvelle structure est déjà à l'étude pour assurer la régulation de cette filière. Nous allons en fait tirer de l'expérience dans la filière or. L'an dernier, 2 833 kg d'or ont été déclarés à l'exportation contre 586kg en 2016. Et depuis l'Indépendance jusqu'en 1995, la meilleure déclaration annuelle ne dépassait pas les 50kg », a enchaîné le ministre de tutelle. Rappelons que plus de 40% de la production de saphir au niveau mondial proviennent de Madagascar. Et la plus grande mine à ciel ouvert dans le monde se trouve dans la Grande île. Mais les retombées économiques pour le pays restent pour l'heure très minimes. « Nous encourageons également l'installation des usines de transformation de gemmes en vue de créer des emplois et plus de valeur ajoutée », a-t-il conclu.

Madagascar

Les manifestations de l'opposition lassent les petits commerçants

Depuis la manifestation du 21 avril qui a fait au mois deux morts et une vingtaine de blessés, l'opposition… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.