12 Février 2018

Kenya: 11 ambassades signent un communiqué commun

Au Kenya, c'est un nouvel assaut des diplomates. Onze ambassades ont signé un communiqué commun dans lequel elles pressent pouvoir et opposition de lancer un dialogue national. Américains, Britanniques, Français, Allemands ou encore Danois et Canadiens mettent les deux camps dos à dos. L'opposition ne reconnaît toujours pas la réélection du président Kenyatta.

Son leader Raïla Odinga s'est auto-proclamé président du peuple. Le pouvoir a ensuite arrêté des opposants, coupé des médias, enfreint plusieurs décisions de justice. Malgré deux élections présidentielles, la crise politique n'en finit pas et les diplomates tentent comme ils peuvent de rapprocher les deux camps.

Les diplomates ont pris bien soin de ne pas se placer en donneurs de leçons. « Nous ne voulons pas dicter aux Kényans comment gérer leurs affaires », disent-ils. Ils se présentent en tant qu'amis dont les démocraties ne sont pas parfaites, mais des amis très inquiets de voir pouvoir et opposition « saper les institutions ».

Le texte est millimétré, et met les deux camps au même niveau. Raïla Odinga est présenté comme un père de la démocratie kényane, mais dont les allégations électorales sont sans fondement. En se proclamant président du peuple, il a « délibérément violé la Constitution pour laquelle il s'est tant battu », dit le communiqué.

La coalition NASA projette de créer de nouvelles assemblées du peuple et une convention nationale fin février dont les conclusions doivent être adoptées par un référendum national. Les chancelleries demandent au parti de ne pas continuer sur cette voie et d'accepter qu'Uhuru Kenyatta « soit bien le président légitime ».

Le gouvernement n'est pas épargné. Le texte dénonce les arrestations d'opposants, la coupure de quatre chaînes de télévision, la saisie de passeports et le viol de plusieurs décisions de justice. « Le pouvoir devrait être le garant des libertés », écrivent les diplomates.

Le texte décrit un Kenya à la croisée des chemins. La seule voie à suivre pour les chancelleries, c'est celle d'un dialogue ouvert, transparent alors que « le signal d'alarme est en train de sonner », écrivent-elles.

Kenya

Trophée Babacar Ndiaye - Le prix décerné au Président Kenyan Uhuru Kenyatta

La remise officielle du Trophée Babacar Ndiaye a été précédée par un panel de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.