12 Février 2018

Sénégal/Egypte: Génération Foot-Misr El Makassa - Deux buts porteurs d'espoirs, mais... !

On n'est jamais à l'abri d'une élimination, quelle que soit la victoire ou le score. L'histoire l'a démontré à plusieurs reprises. Mais les deux buts inscrits samedi, à Léopold Sédar Senghor, par Génération Foot face à Misr El Makassa en préliminaire de la Ligue des Champions, sont porteurs d'espoir.

Si dans un match de football le plus important est de gagner, on peut dire que les Académiciens ont fait l'essentiel, mais sans la manière. Les joueurs d'Olivier Perrin ont manqué d'application, de mordant et d'agressivité. Ils n'ont pas eu de main mise sur la rencontre, sur le jeu quand bien même ils jouaient à domicile.

Le capitaine Sidy Bara Diop n'a véritablement pas su imprimer le rythme nécessaire pour mettre sur orbite son équipe.

De même, Bun Sanneh, bien muselé, et Cheikh Tidiane Sabaly, victime d'un marquage à deux, n'ont pu faire grand-chose face à des Égyptiens beaucoup plus posés, plus agressifs avec Paulin Voavy qui a donné du fil à retordre à défense de Génération Foot. Les protégés d'Ahmad Souleyman ont réussi à étouffer le jeu adverse en gagnant la bataille du milieu de terrain.

Dans ce match correct, sans carton, les joueurs d'Olivier Perrin, peu inspirés, ont parfois mélangé vitesse et précipitation. Ils ont pêché par leur jeunesse, selon Ablaye Sarr, directeur technique du club. Mais les techniciens du club de Dény Biram Ndao ont su trouver les mots justes pour galvaniser leur troupe. Le match s'est joué à pas grand-chose.

Malgré sa 14e place, Misr El Maakassa a démontré qu'il avait de l'expérience à revendre et que le championnat égyptien était d'un niveau supérieur.

Mise en difficulté pendant une grande partie du match, Génération Foot a démontré qu'elle avait encore des efforts à faire. Olivier Perrin l'a d'ailleurs reconnu. « Des matchs comme celui là, on n'en n a pas beaucoup à gérer dans notre championnat. On a été mis dans des retranchements, des domaines où on n'est pas habitué.

C'est tout le travail qui nous reste à faire pour arriver à ce niveau-là », a laissé entendre le technicien qui reconnaît que le match retour sera loin d'être une formalité.

Et il a raison de bien s'en méfier, car le contexte sera différent de celui du stade Léopold Sédar Senghor. « La vérité d'un match n'est jamais celle d'un autre. Le contexte à l'extérieur va beaucoup jouer. Ce sera donc un match bien différent », reconnaît Perrin.

Les deux buts inscrits, il le sait bien, ne sont point synonymes de qualification, mais ils sont porteurs d'espoir.

Sénégal

Mondial 2018 - Les supporters sénégalais nettoient les tribunes après le match

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. Elles ont été vues 6 millions de fois. Les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.