12 Février 2018

Afrique du Sud: Un comité exécutif pour décider du sort de Jacob Zuma

Photo: @MYANC/Twitter
Ace Magashule, secrétaire général de l'ANC, lors de la conférence de presse au cours de laquelle il a confirmé que le président Jacob Zuma avait été rappelé.

En Afrique du Sud, le sort du chef de l'Etat devrait se préciser dans la journée. « Le sujet sera finalisé », a promis le président de l'ANC, Cyril Ramaphosa. Jacob Zuma est très contesté, critiqué et englué dans plusieurs affaires de corruption.

Jusqu'ici, il s'est accroché, mais cette fois, il semble dos au mur. Le lundi après-midi, le parti au pouvoir réunit son Conseil national exécutif, la plus haute instance de décision, qui est désormais la seule à même de rappeler le chef de l'Etat.

C'est la réunion qui devrait décider sur le sort du président Jacob Zuma. Cela fait huit jours que le pays attend cette décision, depuis que les dirigeants du parti ont demandé à Jacob Zuma de démissionner. Celui-ci a répondu non et des négociations sur son départ anticipé se sont ensuite ouvertes.

Au départ, il semble qu'elles se passaient bien. Mais rapidement, elles ont buté sur la question de l'immunité que demande Jacob Zuma, car son nom figure dans plusieurs affaires de corruption. Autre obstacle : Zuma chercherait également à obtenir la prise en charge de ses frais de justice.

Ce dimanche, le président de l'ANC Cyril Ramaphosa a donc annoncé une nouvelle réunion d'urgence cet après-midi du comité exécutif du parti, ceux habilités à rappeler le chef de l'Etat. Ils doivent être informés des conclusions des négociations et théoriquement prendre une décision.

Bras de fer avec l'ANC

A la suite d'une telle procédure, l'ancien président Thabo Mbeki avait démissionné en 2008. Mais apparemment, le chef de l'Etat n'a aucune obligation constitutionnelle de se plier à cette injonction.

Et dans ce cas, l'ANC peut décider de saisir le Parlement en déposant une motion de défiance contre le président ou en engageant une procédure de destitution du chef de l'Etat. Il y a déjà une motion de défiance qui a été déposée par l'opposition et qui doit être soumise au vote des députés le 22 février.

C'est qui est clair c'est que Jacob Zuma est engagé dans un véritable bras de fer avec le président de l'ANC. Est-ce qu'il cherche à gagner du temps, est-ce qu'il pense pouvoir éviter d'être rappelé par son parti ? On l'appelle président « Téflon », celui sur qui tout glisse.

En savoir plus

La transition pourrait prendre encore du temps

En Afrique du Sud, les discussions se poursuivent entre Jacob Zuma et Cyril Ramaphosa pour négocier une sortie au… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.