13 Février 2018

Afrique: Le système bancaire face aux risques de la révolution digitale

La révolution digitale, avec la multiplication des acteurs, les volumes d'échanges croissants à très grande échelle et des systèmes d'information de plus en plus ouverts, s'accompagne d'une augmentation sans précédent des cyber-risques.

C'est la conviction de M. Ousseynou Sow, lors de sa communication sur « Innovation, risque systémique et règlementation en Afrique » faite dans le cadre du Forum des dirigeants de banques et établissements de crédit d'Afrique, qui s'est tenu à Dakar les 8 et 9 février 2018.

Ce postulat montre que la révolution digitale ne renferme pas uniquement que des avantages car les inconvénients ne manquent pas.

Dans sa logique, M. Sow estime que les risques évoqués ont une portée systémique et font peser une menace permanente sur les systèmes d'information, mettant en jeu la stabilité financière et même la souveraineté des Etats.

Face à cette situation, caractérisée par des attaques et vols de données, par exemple, M. Ousseynou Sow, juriste spécialisé en banque et secrétaire exécutif du Club des dirigeants de banque et établissements de crédit d'Afrique, suggère que « le régulateur africain joue un rôle nouveau dans un système financier en perpétuelle mutation, surtout en ces temps de révolution numérique. »

Cela commence, selon lui, par la publication des états financiers des entreprises. Une tâche qu'il sait pas facile, puisque plus de 95 % de celles-ci évoluent dans l'informel. « Moins de 10 % d'entre elles produisent des états financiers », a-t-il précisé.

Ainsi dans pareille situation, cela constitue un frein à l'investissement, puisqu'en l'absence de lisibilité, les établissements financiers ne prennent pas de risques pour apporter leur concours. Le digital aidant, le juriste, expert en banque appelle à la capacité d'innovation des banques pour s'adapter au contexte nouveau.

« La révolution induite par la transformation digitale exige de nouveaux comportements des employés de banque vis-à-vis d'une clientèle de plus en plus imprégnée des technologies. »

En amont, des modifications réglementaires et normatives doivent être de mise, pense M. Sow, pour qui le numérique constitue un levier de croissance pour nos économies. A son avis, le numérique peut participer grandement à l'inclusion financière.

Les chargés de la clientèle et les directions de ressources humaines des établissements financiers, au front comme au back office, ont un rôle à jouer pour ne pas être hors du mouvement enclenché par la révolution digitale.

En d'autres termes, « la formation gagnerait à être en conformité avec l'air du temps pour permettre aux banques et établissement financiers de s'adapter », a-t-il en outre ajouté.

Afrique

Trafic de migrants - L'ONU envisage ses premières sanctions

Six chefs de réseaux de trafiquants de migrants actifs en Libye sont menacés de sanctions par le Conseil… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.