13 Février 2018

Congo-Kinshasa: Choléra - Kinshasa enregistre des avancées significatives de la riposte à Pakadjuma

Les deux centres de traitement de choléra (CTC) fonctionnant à Kinshasa, à savoir celui de Pakadjuma, dans la commune de Limete et celui de Camp Luka, à Ngaliema, ont, le vendredi 9 février, reçu la visite du ministre de la Santé publique, Oly Ilunga Kalenga. Il voulait se faire une idée des réalités du terrain et voir les aspects pratiques de la riposte contre la flambée épidémiologique de choléra dans la capitale.

A Pakadjuma, il a visité les deux bladders (réservoirs d'eau mobiles) installés par son ministère avec le Programme national d'élimination du choléra et de lutte contre les autres maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD), en vue d'approvisionner les CTC mais aussi la population de Limete Industriel III en eau potable. La mise en place de ces bladders de plus de 10 mille m3 chacun fait partie de la nouvelle stratégie de riposte contre le choléra initiée par son ministère.

« La nouvelle stratégie, qui est tout à fait innovante, a permis en un court laps de temps d'inverser la courbe et de réduire la flambée de choléra à Kinshasa. Contrairement aux années antérieures où les flambées duraient plusieurs mois vous voyez que, en quelques semaines, la courbe s'est inversée et nous ne comptons plus aucun cas de choléra à l'épicentre de l'épidémie », a expliqué le ministre.

Alors que les stratégies des années antérieures reposaient essentiellement sur la prise en charge des malades, la nouvelle stratégie est constituée de 3 axes principaux : la prise en charge, l'accès à l'eau potable et la sensibilisation communautaire pour briser la chaîne de transmission du choléra.

En ce qui concerne l'approvisionnement en eau potable, Dr Oly Ilunga a précisé que l'installation des bladders est une mesure d'urgence temporaire. Son ministère travaille déjà avec la Regideso pour mettre en place des points d'accès à l'eau potable permanents, a-t-il précisé.

Selon le ministre, c'est l'approche communautaire de quadrillage qui a permis de maîtriser rapidement la flambée de l'épidémie à Kinshasa. Cette approche consiste notamment en la sensibilisation de masse, la distribution des kits d'hygiène, des purifiants d'eau, la désinfection des ménages, et la recherche active des cas de choléra.

Toutefois, le choléra n'est pas encore éliminé à Kinshasa et dans le reste du pays. Par expérience, les experts du PNECHOL-MD savent que le prochain pic risque d'arriver en avril-mai et ils se préparent en conséquence. Ainsi, nous ne pouvons pas encore baisser la garde et Dr Oly Ilunga Kalenga a demandé à la population de rester vigilante et de continuer à observer toutes les mesures d'hygiène, plus particulièrement, le lavage des mains avec du savon ou de la cendre et la chloration de l'eau.

Ces mesures d'hygiène doivent devenir des habitudes qui permettront de rester en bonne santé, a insisté le ministre.

Le Centre de traitement du choléra de Camp Luka est complètement vide. Alors qu'il admettait une cinquantaine de patients par jour au mois de janvier. Dr Oly ilunga s'est réjoui de constater que le centre était complètement vide à son arrivée. Il a félicité tout le personnel médical pour avoir contribué avec tant de courage au succès de la riposte. Mme Marie-Ange du service d'hygiène au CTC de Camp Luka, a, pour sa part, remercié le ministre de la Santé publique pour son implication dans la lutte contre cette maladie.

« Lorsque le CTC a été installé, les habitants du Camp Luka craignaient que ce centre ne devienne celui de la mort. Mais grâce à l'engagement du gouvernement, le CTC s'est transformé en centre de vie où tous les malades du choléra, à l'exception d'un seul, sont sortis guéris », a-t-elle déclaré.

A la semaine 5, allant du 29 janvier au 4 février 2018, la RDC a notifié 653 cas et 2 décès dans 12 provinces et 38 zones de santé. Le taux de létalité est de 0,62%.

Depuis début janvier 2018 jusqu'au 4 février 2018, la RDC a enregistré 3 559 cas suspects de choléra et 60 décès dans 16 provinces et 88 zones de santé. Le taux de létalité pour cette période est de 1,8%.

A Kinshasa, 945 cas et 33 décès ont été notifiés depuis le début de l'épidémie le 25 novembre 2017.

Congo-Kinshasa

Bataille de Kolwezi (3/3) - Une Afrique divisée par Mobutu

Lorsque les parachutistes belges et français quittent le Shaba (ex-Katanga) à l'issue du raid sur Kolwezi,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.