13 Février 2018

Madagascar: L'exemple de Richard Ratsimandrava a peu de chances d'être suivi

Il est tombé dans un traquenard, le 11 février 1975 et 43 ans après, son testament politique est un legs pour la postérité. Richard Ratsimandrava laisse le souvenir d'un grand homme d'Etat qui avait un sens aigu du devoir. En ce début du XXIe siècle, la génération d'hommes politiques qui ambitionne de diriger le pays semble avoir dévié de la voie qu'il avait tracée.

Autre époque, autres pratiques politiques, serait-on tenté de dire en parlant du milieu de la deuxième décennie des années 2000. Le pays est aujourd'hui gangréné par la corruption et sa population vit très mal cette dégradation des mœurs qui se transforme parfois en barbarie. Le colonel Richard Ratsimandrava avait voulu instaurer une société malgache où les valeurs d'entraide et de respect devraient régenter les relations. Il voulait que soit institué le « fokonolona ». Ses idées auraient permis de mettre en place un système politique original, mais elles ont contrarié des intérêts qui ne pouvaient pas être remis en cause.

La population, alors, avait adhéré à la philosophie de l'homme d'Etat, mais son assassinat a mis un coup de frein brutal au processus qu'il avait initié. La période troublée qui suivit a totalement chamboulé l'équilibre déjà installé. Le régime socialiste instauré durant la deuxième République a perverti la philosophie du « fokonolona » de Richard Ratsimandrava. On sait ce qu'est devenu le socialisme démocratique, rejeté par la population et le revirement idéologique à la fin des années 80. Les manifestations de 1991 ont eu raison du régime du président Ratsiraka. Ceux qui lui ont succédé ont dérapé et laissé s'installer les combines politiques et la mauvaise gouvernance.

Le président Marc Ravalomanana s'est engagé dans la voie d'une sorte de despotisme éclairé, mais son autoritarisme et les abus qu'il a faits ont entraîné ce soulèvement populaire suivi de ce coup d'Etat d'Andry Rajoelina. Le régime de la Transition n'a pas permis de restaurer les libertés démocratiques que la population appelait de ses vœux. L'accession d'Hery Rajaonarimampianina à la magistrature suprême n'a fait qu'empirer une situation déjà dramatique. Aujourd'hui, les Malgaches sont totalement désabusés et pour le moment, ils ne voient poindre aucun espoir de changement. L'exemple laissé par Richard Ratsimandrava n'inspire aucun des hommes politiques actuels.

Madagascar

Les manifestations de l'opposition lassent les petits commerçants

Depuis la manifestation du 21 avril qui a fait au mois deux morts et une vingtaine de blessés, l'opposition… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.