13 Février 2018

Sénégal: Procès de la caisse d'avance de la mairie de Dakar - Khalifa Sall disposé à ouvrir son patrimoine à tout enquêteur

Photo: Twitter/ Khalifa Sall
Khalifa Sall, Maire de Dakar

Le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a nié tout détournement de deniers publics. Devant le juge hier, il s'est dit prêt à répondre à toute investigation du procureur ou de la Cour de répression de l'enrichissement illicite sur son patrimoine.

Le maire de Dakar veut prouver qu'il est blanc comme neige et qu'il ne peut pas être poursuivi pour détournement de deniers publics. Devant le juge hier, au 13ème jour de son procès, Khalifa Ababacar Sall est largement revenu sur ses avoirs. En 2009, il avait fait une déclaration de patrimoine avant d'être installé dans ses fonctions de maire. En 2014 encore, alors qu'il venait d'être réélu maire de la capitale sénégalaise, Khalifa Ababacar Sall a refait une nouvelle déclaration de patrimoine. Devant la barre, le prévenu a indiqué qu'il est prêt à donner une procuration au procureur ou à la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) pour qu'ils viennent faire des investigations sur ses biens, ses comptes, sa famille, ses enfants, etc. « Si j'ai fait une déclaration de patrimoine, c'est pour montrer ce que j'ai. Tout ce que j'ai, c'est avant mon arrivée à la mairie », a-t-il laissé entendre. « Je suis prêt à me soumettre à n'importe quelle investigation sur mon patrimoine. Je peux justifier n'importe quel élément de mon patrimoine », a-t-il ajouté. Concernant son patrimoine immobilier, il a révélé qu'il constitue presque le même que celui de 2009 mis à part les deux nouveaux terrains qui s'y sont ajoutés : un à Yènne, acheté à 3 millions FCfa, et un autre sous forme de bail à Popenguine, attribué par la municipalité.

Sur ses avoirs financiers, Khalifa Ababacar Sall, répondant à une interrogation de Me Seydou Diagne, a informé qu'il dispose de trois comptes bancaires. Le premier est à la Bhs et est accrédité de 600.000 FCfa. C'est grâce à ce compte, a-t-il rappelé, qu'il avait fait un prêt en 1983 pour l'acquisition de sa maison à Sacré-Cœur. Le deuxième compte est ouvert à la Bicis il y a 34 ans. Il est composé de deux sous comptes de 12 et 5 millions de FCfa. « C'est dans ce compte que je reçois tous mes émoluments au Sénégal », a-t-il informé. Le troisième compte est logé à Bnp Paribas. « Ce compte permet d'assurer les études de mes enfants à l'étranger et mes consultances à l'Onu », a-t-il dit. Il est composé de deux sous-comptes : 80.000 euros pour le premier et 50.000 dollars pour le second. « Voilà mes avoirs financiers et immobiliers avant mon séjour en prison », a-t-il éclairé.

MAMADOU OUMAR BOCOUM, ANCIEN PERCEPTEUR : « J'AI POSÉ DES ACTIONS EN PHASE AVEC LA RÈGLEMENTATION »

L'ancien percepteur à la ville de Dakar, Mamadou Oumar Boucoum, a comparu libre devant le tribunal de Dakar dans le cadre du procès de l'affaire de la caisse d'avance de la mairie de Dakar. Interpellé par Me Moustapha Ndoye, un des avocats de la défense, sur les chefs d'inculpation d'association de malfaiteurs et de complicité de détournement de deniers publics.

L'ancien percepteur municipal, aujourd'hui comptable des Grands projets à la présidence de la République, a balayé ces accusations laissant entendre qu'il ne s'est jamais entendu avec qui que ce soit pour commettre un crime économique. « Toutes les actions que j'ai posées ont été conduites dans le respect de la réglementation.

Dans le mandat de paiement, il n'est nullement mentionné du riz ou du mil, mais alimentation de la caisse d'avance. Donc, je n'avais pas le droit de refuser ce mandat », s'est expliqué Mamadou Oumar Bocoum devant le juge.

En savoir plus

Procès Khalifa Sall - Le maire de Dakar donne mandat à la CREI de fouiner dans ses avoirs

Au 13ième jour du procès intenté par l'Etat contre Khalifa Sall et codétenus, le maire de la… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.