13 Février 2018

Sénégal: Evènements survenus au poste frontalier de Nianao - La Safra pour le respect des droits de la personne humaine

La Semaine de l'amitié et de la fraternité (Safra), une initiative de coopération transfrontalière pour l'intégration sous-régionale, face aux événements douloureux survenus le 8 février dernier au poste frontalier de Nianao, renouvelle, dans un communiqué, son appel aux autorités et aux forces de sécurité transfrontalières du Sénégal et de la Guinée-Bissau pour le respect des droits de la personne humaine et des accords de libre circulation des personnes et des biens de la Cedeao.

La Safra souligne le communiqué a été informée des événements douloureux survenus le jeudi 8 février 2018 au poste de la douane sénégalaise situé à Nianao, frontalier avec le pays frère de la Guinée Bissau.

Selon le communiqué, un convoi de plusieurs dizaines de pèlerins bissau-guinéens qui se rendait à Madina Gounass pour une ziaara annuelle, a été confronté à l'exigence de paiement de passavants par la douane sénégalaise.

Face à cette exigence, les pèlerins auraient expliqué aux douaniers que les autorités bissau-guinéennes, comme de coutume, avaient saisi les autorités administratives et les forces de sécurité transfrontalières des deux pays pour la facilitation de leur passage.

Ce que la police des frontières a fait sans problème. Les douaniers, malgré ces explications et la référence à la jurisprudence en pareille situation, auraient maintenu leur exigence.

Les échanges de propos qui s'en sont suivis ont abouti à l'interpellation d'un chauffeur bissau-guinéen par un douanier qui l'aurait menotté et attaché dans son bureau, avant de le rouer de coups de crosse de fusil.

Le communiqué soulignera que les hurlements de la victime auraient amené des membres du convoi à intervenir pour tenter d'arrêter la violence que subissait leur compatriote.

Le douanier qui violentait le chauffeur, s'est mis à tirer sur les intervenants, entraînant ainsi la mort d'un pèlerin et sept blessés graves.

A l'arrivée des autorités administratives de Gabou (Guinée-Bissau) et de Vélingara (Sénégal) sur les lieux, la victime a été évacuée à l'Hôpital régional de Tambacounda pour les besoins de l'autopsie et les blessés ont été acheminés à Gabou et Bissau.

La victime Amath Tidiane Baldé, commerçant de profession, est mariée à deux épouses et père de cinq enfants. Sa prière mortuaire a eu lieu vendredi 9 février dernier à Madina Gounass sur demande du Khalife général et son enterrement à Gabou.

Face à cette situation, la Safra, cette initiative de coopération transfrontalière et d'intégration sous-régionale à la base, exprime, dans le communiqué, sa profonde indignation et condamne sans réserve de tels comportements irresponsables qui menacent la paix, la sécurité et le bon voisinage des populations des deux pays.

La Safra a renouvelé son appel aux autorités et aux forces de sécurité transfrontalières des deux pays pour le respect des droits de la personne humaine et des accords de libre circulation des personnes et des biens de la Cedeao, pour le maintien de la paix, de la sécurité, de la fraternité et du bon voisinage entre les peuples de l'espace Safra.

A la famille de la victime, aux autorités et populations de Gabou et de la Guinée-Bissau en général, la Safra a présenté ses sincères condoléances.

Sénégal

Groupe Sonatel - Un résultat net de 202,186 milliards de FCFA en 2017

Le groupe Sonatel a consolidé ses performances opérationnelles et financières, renforcées… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.