14 Février 2018

Afrique: Bâle II et III - Inquiétudes des banques

Les normes prudentielles Bâle II et III suscitent des inquiétudes de la part des banques et établissements financiers d'Afrique. M. Jonas Siliadin, responsable de la Business unit « Risque et réglementation » de Conix Consulting rassure et propose des clés pour une bonne appropriation.

« Le dispositif bâlois consacre une nouvelle approche de la gestion des risques », a d'emblée précisé M. Siliadin. Reconnaissant sa complexité du fait de l'exigence de ratio en fonds propres ou encore d'un processus de surveillance prudentielle, l'expert financier propose néanmoins des voies d'appropriation pour les établissements financiers africains.

Parmi ces recommandations, il propose à ceux-ci d'éviter de faire du dispositif un projet réservé à quelques initiés de la banque. « Il faut au contraire en faire projet par et pour l'entreprise. En d'autres termes, il faut avoir une vision transversale et à long terme. »

M. Siliadin intervenait la semaine dernière lors des Rencontres annuelles du club des dirigeants de banques et établissements de crédits d'Afrique, à Dakar. Présent à cette rencontre, M. Thierno Seydou Nourou Sy, le directeur général de la Banque nationale de développement économique du Sénégal (BNDE) a relevé une « absence de concertation en amont entre la Banque centrale et les banques. » D'où, selon lui, « le défi de la publication des informations en direction du public, qui s'adresse aux banques, mais également aux autorités monétaires. » Une interpellation légitime si l'on sait que « le bulletin du Bureau d'information commercial (BIC) n'est pas complet ou mis à jour. »

L'interpellation du patron de la BNDE n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Pour rassurer les banques de sa bonne disposition, la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO) par la voix de Mme Diouf a rappelé les mesures d'accompagnement prises. « La BCEAO a initié des missions itinérantes, des groupes de travail sur le dispositif prudentiel et les systèmes financiers décentralisés. »

Quoi qu'il en soit, M. Siliadin, le spécialiste des normes prudentielles conseille l'approche « Data center » ou « Centre de données » pour réussir l'adoption du dispositif bâlois et ainsi mieux appréhender « ce processus évolutif qui sans doute mènera prochainement à Bâle IV. »

Sénégal

Flux financiers illicites - L'Afrique de l'ouest perd 50 milliards de dollars par an

Selon un communiqué, le rapport «Flux financiers illicites, L'économie du commerce illicite en… Plus »

Copyright © 2018 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.