14 Février 2018

Cameroun: « La carte universitaire a été substantiellement densifiée »

interview

Pr Jacques Fame Ndongo, Ministre de l'Enseignement supérieur.

Monsieur le ministre de l'Enseignement supérieur, comment les dernières dotations budgétaires publiques ont-elles influencé la construction de nouvelles infrastructures ou amélioré l'offre d'enseignement ?

Les nouvelles infrastructures dans les universités d'Etat (amphithéâtres, salles de cours, ateliers, laboratoires, salles multimédia, etc.) sont construites, avec trois sources de revenus : les budgets d'investissement public affectés par l'Etat à chaque université publique, le Programme d'appui à la composante technologique et professionnelle de l'enseignement supérieur (PRO-ACTP), le programme issu des fonds PPTE (programme AGIR = Activités génératrices des initiatives rentables). Ce dernier a permis de rénover fondamentalement l'Ecole nationale supérieure polytechnique de l'université de Yaoundé 1. Dans une moindre mesure, ces infrastructures sont aussi construites à partir des fonds issus de la coopération bilatérale ou multilatérale. Exemple : le prêt concessionnel accordé par la République populaire de Chine à la République du Cameroun pour la fabrication de 500 000 ordinateurs en Chine et la construction de neuf centres de développement du numérique universitaire (à raison d'un par université d'Etat et un à l'université inter-Etats Cameroun - Congo, campus de Sangmélima) et d'un Centre national d'interconnexion universitaire à Yaoundé.

Après l'Ecole normale supérieure de Bertoua et la Faculté de médecine, à Garoua, comment se présente la carte universitaire au Cameroun et vers quoi tend-on ?

La carte universitaire a été substantiellement densifiée par le chef de l'Etat. Lorsqu'il accède à la magistrature suprême le 6 novembre 1982, le Cameroun ne dispose que d'une seule université d'Etat. Aujourd'hui, sept régions sur dix ont, chacune, au moins une université d'Etat : Adamaoua depuis 1993, Centre (qui en a deux) depuis 1993, Extrême-Nord depuis 2008, Littoral depuis 1993, Nord-Ouest depuis 2010, Ouest depuis 1993, Sud-Ouest depuis 1993. Chacune de ces sept universités est dotée de quatre établissements classiques (faculté des arts, lettres et sciences humaines ; faculté des sciences économiques et de gestion ; faculté des sciences juridiques et politiques ; faculté des sciences). Toutes ont aussi, au moins, cinq grandes écoles ; certaines en ont dix voire douze. Les trois régions qui n'ont pas encore une université d'Etat sont désormais dotées (2017 - 2018), chacune, d'au moins un établissement public d'enseignement supérieur (Est, Nord, Sud) et des annexes de faculté (faculté des sciences juridiques et politiques à Bertoua, Garoua, Ebolowa ; faculté des sciences de l'éducation à Garoua ; filière eau, bois, environnement à Ebolowa). D'autre part, une université inter-Etats Cameroun - Congo a été construite, côté camerounais, à Sangmélima.

Elle démarre bientôt. Il existe, désormais, trois écoles nationales supérieures polytechniques au Cameroun (une à l'université de Yaoundé 1, une à l'université de Maroua, une à l'université de Bamenda). D'autres écoles d'ingénieurs fonctionnent à Douala (faculté de génie industriel), à Buéa (Faculty of Engeneering and Technology), à Dschang (faculté d'agriculture et des sciences agronomiques), à Ngaoundéré (Ecole nationale supérieure de géologie et d'exploitation minière, Ecole nationale supérieure de chimie et d'industrie minéralogique, Ecole nationale supérieure des sciences agro-industrielles, etc), à Maroua (faculté des mines et d'industries pétrolières), etc. S'agissant des sciences de la santé, en 1982, il y avait au Cameroun, un seul établissement d'enseignement supérieur (CUSS en 1969).

Désormais, il y en a neuf : Yaoundé 1 (faculté de médecine et des sciences biomédicales), Douala (faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques), Buea (Faculty of Health Sciences), Bamenda (Faculty of Health Sciences), Dschang (faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques), Garoua (faculté de médecine et des sciences biomédicales), Bangangté (institut privé des sciences de la santé), Kumbo (institut privé des sciences de la santé), Nkolondom - Yaoundé (Institut privé de technologie médicale). Le Cameroun a aussi, depuis 1993 (fonctionnelle depuis 2006) une école nationale supérieure des sciences et de médecine vétérinaire (à l'université de Ngaoundéré) et une école nationale supérieure d'agriculture et de médecine vétérinaire à l'université de Buéa (créée en 1993 et fonctionnelle depuis 2006). L'on peut aussi relever l'existence de deux instituts des beaux-arts (université de Douala et université de Dschang) et de cinq instituts universitaires de technologie (Bamenda, Buéa, Douala, Dschang, Ngaoundéré).

Quant à l'enseignement normal, il existe, désormais, quatre écoles normales supérieures (Yaoundé depuis 1961 ; Maroua, depuis 2008 ; Bamenda depuis 2010 ; Bertoua depuis 2017) et quatre écoles normales supérieures d'enseignement technique (Enset) à Douala (depuis 1976), à Bamenda (2010), à Kumba (2014) et à Ebolowa (2017). Au niveau des instituts privés d'enseignement supérieur, il existe 212 établissements (alors qu'il n'y en avait aucune lors de l'accession du président Paul BIYA à la magistrature suprême). L'on peut ajouter, s'agissant de la carte universitaire, l'existence de deux universités virtuelles (à l'université de Yaoundé 1 dont l'une à vocation sous-régionale) depuis 2012, d'une zone franche universitaire (à l'université de Yaoundé 1), d'un centre d'excellence des technologies de l'information et de la communication (à l'université de Yaoundé 1) financé par la Banque mondiale, d'un siège continental de l'Université panafricaine placée sous l'égide de l'Union africaine (depuis 2016), d'un pôle sous-régional de l'Université panafricaine à Soa (université de Yaoundé 2), d'un Centre africain des sciences mathématiques à Limbé (Sud-Ouest), etc.

Quelles sont les perspectives ?

A moyen terme, l'objectif est de doter chaque région d'une université d'Etat. C'est ce que prévoit la carte universitaire approuvée par le gouvernement. En outre, une université numérique nationale est en gestation. Le Premier ministre, chef du gouvernement m'a instruit de présenter la configuration technique, administrative et académique de cette université de 3e génération. Je m'y attèle.

Pouvez-vous nous éclairer sur le lien entre le don de 500 000 ordinateurs et l'arrimage des étudiants camerounais au cyberespace universitaire mondial dont parle le président de la République ?

Les neuf centres de développement du numérique universitaire et le Centre national d'interconnexion universitaire qui seront construits, dès le premier semestre 2018, par la partie chinoise, dans le cadre du projet e-national higher education Network, permettront aux étudiants camerounais de bénéficier de toutes les commodités numériques (hardware et software) modernes. L'arrimage au cyber-espace mondial sera d'autant plus aisé que les ordinateurs « Paul BIYA higher education vision » sont dotés d'un processeur Intel Atom (n°1 mondial), d'un logiciel Microsoft Windows 10 et d'un logiciel Microsoft office 365. L'arrimage au « cloud » (nuage planétaire) de Microsoft permet à l'utilisateur d'un ordinateur « PB Hev » de s'arrimer au cyberespace mondial. Ce sont des ordinateurs de nouvelle génération, des ordinateurs du futur.

Cameroun

Les Camerounaises qualifiées pour la Coupe du Monde U17

Un but partout à Yaoundé au termes du match retour. Mais avantageux pour le Cameroun qui avait… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.