14 Février 2018

Cameroun: Développement - Les jeunes aussi

Ce n'est pas un simple slogan de dire que les jeunes sont le fer de lance de la Nation. C'est une vérité mathématique qui est d'autant plus incontestable que la population camerounaise est caractérisée par son extrême jeunesse. L'âge médian de la population est de 18 ans et l'âge moyen se situe à 22,5 ans.

La population ayant moins de 25 ans représente 64,1% de la population totale, selon l'édition 2014 du Rapport national sur l'état de la population. C'est donc tout naturellement que demain, ces jeunes seront nombreux à prendre la relève de leurs aînés dans la gestion des affaires du pays, une fois que ceux-ci auront pris une retraite bien méritée après de bons et loyaux services rendus à la République.

On comprend ainsi pourquoi, samedi dernier, le chef de l'Etat a déclaré à ses jeunes compatriotes qu'ils sont interpellés par la Nation. Car c'est eux qui, a affirmé le président Paul Biya, seront en charge de la conduite du Cameroun dans les décennies à venir.

Dès lors se pose la question de savoir si les jeunes doivent attendre le moment de la relève pour s'impliquer dans la construction du pays ou la gestion des affaires de la cité. La réponse est non, pour plusieurs raisons.

La première est que du fait de leur nombre, les jeunes constituent la force et l'énergie motrice qui doivent faire avancer le Cameroun. C'est déjà le cas, du moment où c'est eux qui sont les plus nombreux à travailler dans les grands chantiers structurants en cours. C'est encore eux qui animent divers corps de métier, dans nos villes et villages.

Les start-up qui se multiplient et les innovations technologiques qui font le buzz au Cameroun et au-delà sont toujours le fait de nos jeunes entrepreneurs et inventeurs. Mais, cela ne suffit pas. Ils doivent s'impliquer davantage dans le développement du Cameroun parce que le chantier est vaste et les défis immenses.

En tout cas, ils sont à la mesure des problèmes quotidiens du sous-développement à résoudre. Des problèmes dont la complexité exige beaucoup d'ingéniosité de la part de ceux qui sont appelés à les résoudre.

C'est pour cette raison que le chef de l'Etat demande à ses jeunes compatriotes d'être « à la hauteur de l'enjeu, en disposant de compétences et de l'expérience requises ».

D'autant plus que, d'après l'analyse du président de la République, le « nouveau monde » qui se prépare sous nos yeux pourrait être plus dur et plus instable que l'ancien. C'est dire que demain, il faudra être plus futé.

Pour relever les défis du futur, les jeunes camerounais doivent au préalable être bien éduqués et suivre des formations pointues dans des domaines stratégiques afin de pouvoir positionner le Cameroun dans le club enviable des pays émergents.

Le pays dispose déjà du potentiel indispensable pour son développement. Il est maintenant question de le transformer, d'ajouter de la valeur à nos nombreuses matières premières pour satisfaire nos propres besoins et inonder les marchés étrangers de nos produits manufacturiers.

Ce faisant, les emplois seront créés par centaines de milliers par les jeunes et pour les jeunes et la pauvreté va reculer du fait de la distribution des fruits de la croissance.

Comme on le voit, les créneaux et les opportunités d'affaires ne manquent pas. Il suffit d'être travailleur et ambitieux en se disant que la manne ne tombera pas du ciel. Le Cameroun de demain sera aussi à l'image du talent et de l'implication plus active des jeunes d'aujourd'hui qui doivent toujours se demander ce qu'ils font pour leur pays.

La deuxième raison pour laquelle les jeunes ont intérêt à mouiller le maillot dès maintenant est que, dans le champ politique notamment, ils doivent savoir que gouverner est un art difficile. Il faut commencer à s'exercer très tôt pour gagner en expérience en apprenant aux côtés des aînés qui ont la maturité et la sagesse nécessaires.

Ceux qui ont 20 ans et plus, en cette année électorale majeure, ont là l'occasion de peser sur le choix des personnes qui vont occuper des postes électifs à divers niveaux, soit en étant électeurs, soit en étant candidats.

C'est en le faisant, comme l'a expliqué le chef de l'Etat, qu'ils vont devenir les acteurs de leur propre destin, parce qu'ils n'auront pas laissé les autres décider à leur place.

Cameroun

Des indépendantistes du Southern Cameroon reçus au congres américain

Près d'une dizaine d'indépendantistes du Southern Cameroon ont été reçus au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.