13 Février 2018

Congo-Kinshasa: Enjeux - Sassou et Lourenco face à Joseph Kabila ce mercredi !

Photo: Twiiter/Présidence RDC
Joseph Kabila et Denis Sassou à Brazzaville avant la réunion tripartite Angola-République du Congo-RDC

C'est le site d'information Actualite.cd, cher à Patient Ligodi, qui a livré l'info hier. "Les chefs d'Etat de la RDC, de la République du Congo et de l'Angola se réuniront en tripartite mercredi 14 février, à Kinshasa.

Joseph Kabila, Denis Sassou et João Lourenco se retrouveront après deux mois d'écart pour des pourparlers dont l'objet n'a jusqu'à présent pas filtré", disait la consœur. "Ils vont se retrouver demain ici à Kinshasa, nous ne connaissons pas encore les détails autour de cette rencontre mais ils vont sortir certainement une déclaration à la fin de cette tripartite, on doit donc attendre ", a confirmé et précisé Lambert Mende Omalanga à la perche de ce tabloïd congolais 2.0. Rien ne sert de se triturer davantage les méninges pour saisir le contour combien très politico-économique de ce rendez-vous. Cette rencontre, la deuxième du genre, qui intervient, par ailleurs, alors que les marches et les heurts qui s'en suivent n'ont de cesse d'être constatés.

RDC, le voisin en surchauffe

Pays continent, la République Démocratique du Congo, depuis 2016, a été un sujet d'effroi, entre autres, pour ses neuf voisins directs ainsi que pour toute la région. Les réunions de la CIRGL l'illustrent. Surtout, celle tenue en Angola, fin 2016, alors que Dos Santos était à la fois président de ce pays-frère et de la CIRGL. "Selon le propos de ce dernier, à l'époque, les contradictions au sein de la classe politique congolaise avaient atteint un pic tellement que seules les élections pouvaient les apaiser". Depuis, de l'eau et pas un peu a coulé sous les ponts, changeant même la configuration de l'agora politique tant dans son pays, où il a cédé sa place à Joa Lourenso, qu'au Congo-Kinshasa, où l'Opposition est devenue orpheline avec la mort du lider maximo, cela, sans que l'impasse congolaise ne prenne fin.

Puisqu'à tout dire, ces élections là, jusqu'à présent, malgré l'Accord de la saint Sylvestre, n'ont pas eu lieu en 2017 et restent en perspectives pour 2018. Cela, avec le décor de surchauffe actuel. Où, outre l'Opposition, l'Eglise Catholique qui pèse autant si pas plus qu'en RDC qu'au pays de Sassou et João Lourenco entre en danse sur la scène politique prenant même le devant avec le Comité Laïc de Coordination dans les initiatives de rue. Depuis toujours, vue la densité de sa population, les pays voisins de la RDC redoutent toujours une explosion de l'impasse en RDC qui pourrait être dévastateur pour eux, avec la donne des réfugiés. La crise mystico-sécuritaire au Kasaï avec les Kamuina Nsapu ou même la petite frayeur signée par le Rebelle "Etoko" à l'Equateur ont su démontrer le bienfondé de cette peur.

Sassou au four et au moulin

Depuis 2016, véritablement, de Kodjo aux Evêques, Sassou, aujourd'hui requinqué président de la CIRGL, n'a jamais manqué de s'investir pour apporter sa touche à la quête d'une solution aux problèmes politiques congolais. Déjà, après les heurts de la marche du 31 décembre et la contradiction Monsengwo-Eglise Catholique et Pouvoir, la CENCO avait traversé le majestueux fleuve Congo pour Brazza afin d'en appeler à son intervention. inshasa en feu, Brazza ne saurait être épargné. Auparavant, fin 2017, Sassou, toujours, a eu dans son somptueux palace un échange, avec son jeune homologue congolais. Les dits de ce tête-à-tête sont restés dans les placards.

L'ombre des Usa

L'Angola apparait pour les analystes le nouveau couronné du pays de l'Uncle Sam dans les Grands Laïc. L'opinion se souvient assez aisément, vers la fin du mandat de Dos Santos, les petites brouilles Kinshasa-Luanda sur bien de sujets touchant à la politique interne de la RDC. Période qui a vu un certain Sindika Dokolo, beau-fils de l'ex-président angolais, renouer avec la cause du Congo-Kinshasa, sa patrie d'origine. Bien que le ton s'est apaisé, quelque peu, avec la venue de João Lourenco, d'aucuns lisent toujours un, la quête des intérêts angolais sur le dossier du pétrole à la frontière ; deux, voient l'ombre des Usa derrière le voisin Angola qui entretient une coopération militaire et Cie avec le Pays de Trump dont les propos de Nikki Haley n'ont de cesse d'énerver Kinshasa. Quoi qu'il en soit, l'opinion attend voir ce que produira ce tripartite peu ordinaire.

En savoir plus

Communiqué final sanctionnant la rencontre tripartie

A l'invitation de Son Excellence M. Joseph Kabila Kabange, président de la République démocratique… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.