14 Février 2018

Tunisie: Mohamed Torkhani, l'admirateur de Corso

«Malgré l'opposition de mon frère Abdelhamid, j'ai signé à l'EST en même temps que mes copains de quartier, à Sabkhet Sijoumi, Chedly Trabelsi et Wissem Hamrouni. Notre dirigeant était Tahar Melligi», nous raconte-t-il dans un entretien qu'il nous a accordé le 25 décembre 2016 dans le cadre de la rubrique «L'invité» de «La Presse Magazine».

Champion de Tunisie 1969, Torkhani a disputé deux finales de Coupe de Tunisie perdues contre le CA en 1969 et devant le CSS en 1971. Il en a perdu une autre, mais cette fois en tant qu'adjoint de Ben Ezeddine, celle de 1976 face au CA passée à la postérité avec ses deux éditions crispantes et sa série haletante des penalties. Il se console, la même saison, en remportant le championnat au sein d'une constellation de stars qui ont pour noms Gabsi, Gueblaoui, Kochbati, Touati, Jeridi, Hammami, Akacha, Meddeb, Ben Mrad, Machouche, El Kamel, Laâbidi «Farfat»... Rien que des monstres sacrés.

«Baklouti, la chute d'un géant»

«Quoique je ne sois pas un attaquant de métier, grâce à la science et au talent fécond de l'incomparable Noureddine Diwa, j'ai terminé la saison 1968-69 deuxième meilleur buteur (9 réalisations), derrière le Clubiste Mohamed Salah Jedidi (17), nous relate-t-il dans le même entretien. Pourtant, j'ai passé tout un mois le pied dans le plâtre. Notre prime pour le championnat remporté en 1969 a été de 25 dinars et un voyage en Allemagne. Mais vous savez, notre vraie prime, c'est l'amour des gens, la sympathie dont ils nous entourent. Ils savent que nous jouons pour le maillot. Et ils apprécient énormément ce côté totalement désintéressé».

Cet admirateur de l'ailier de l'Inter Milan des années 1960, Mariolino Corso qu'il voulut toute sa vie imiter s'est vite reconverti en entraîneur. D'abord avec les catégories des jeunes de l'EST.

«Chokri El Ouaer a débarqué à l'âge Ecoles. Lorsque je lui demande à quel poste il joue, il me répond: «Avant-centre». Quant à Nabil Maâloul que m'a ramené son père, il m'a dit qu'il aimerait jouer libero. Khaled Touati a débarqué un jour au Parc B pour effectuer un test sous ma coupe», se souvient-il. Torkhani va ensuite mener une longue carrière d'entraîneur dans «la Tunisie profonde», à la tête de clubs divisionnaires avec le peu de moyens qu'on leur connait: Siliana, Redayef, Jerissa, Bousalem, Jendouba, Soliman, Jammel, Stade Gabésien...Durant son long exercice dans le Golfe, il travaillait durant huit saisons pour la direction technique de la fédération du Qatar. Marié à Mounira Gharbi, la sœur du nageur de légende, Ali Gharbi, Mohamed Torkhani a eu quatre enfants : une enseignante, un médecin, une avocate et un prof de sport. Il aimait rester de longs moments dans une exposition admiratif devant des automobiles de collection, notamment la Citroen DS. Une autre passion chez celui qui a joué de vilains tours à plein de défenseurs et gardiens. Dont l'immense Baklouti, le keeper d'El Makarem Mahdia auquel il avoue avoir marqué son plus joli but, en 1969 en demi-finale de la Coupe. «Sur ce but, cela produit une drôle de sensation de voir un tel colosse s'affaler de tout son poids, tel un éléphant vaincu», raconte-t-il.

Tunisie

Champions, et après ?

La qualification d'un trio pour les Jeux olympiques de la jeunesse 2018 en Argentine est de bon augure, mais pour un… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.