14 Février 2018

Tunisie: «Les entrelacs de l'imaginaire»

Sa philosophie de l'art est celle d'un plasticien quelque part engagé, et lorsqu'il parle de ses œuvres et sa conception de l'action artistique, Jamel Chaouki Mahdaoui a le verbe fluide et aussi intense que généreux, à l'image des couleurs qui enveloppent ses toiles.

Une première rencontre samedi soir avec le plasticien, pourtant brève, a permis de déceler un personnage révolté, mais tout en douceur. Il portait un tee-shirt sur lequel est imprimée la même toile qui trône à l'entrée de l'espace Sophonisbe où se tient sa toute dernière exposition «Les entrelacs de l'imaginaire».

Dans cette toile, le plasticien évoque «une symbolique extraordinaire sur la dualité entre les personnages, exprimée par cette symétrie entre les deux parties de l'œuvre et une peinture à l'état brut, à main levée, qui renvoie aussi à «une symbolique de puissance».

Un beau vernissage pour cette exposition qui se poursuivra, jusqu'au 1er mars 2018, à la hauteur de ces deux ans que le plasticien déclare avoir consacré pour finaliser les toiles, se retirant « des futilités de la vie» pour s'isoler dans son atelier et mettant toute son énergie» dans ce qu'il qualifie de «belle peinture dont je suis vraiment convaincu»...

L'exposition offre un certain regard sur l'univers de Mahdaoui qui dénonce en faisant grimacer certaines présences. Devant autant de thèmes et de couleurs, l'artiste explique une disposition des œuvres faite selon un «ordre chromatique et les thèmes, classés par couleur, sont dans l'enchevêtrement, ce qui donne l'impression qu'ils sont des thèmes différents alors qu'ils se rejoignent sur le plan idéologique, fantasmagorique, civilisationnel, culturel, symbolique». Mais parmi toutes ces œuvres, il n'en voit qu'une «seule émanant d'un seul peintre avec toutes ses contradictions, ses expériences personnelles».

Fort d'un parcours artistique de plus de 35 ans, pour ce fils de Carthage réclamant son identité et ses origines, l'artiste emprunte une approche artistique basée sur «la façon de faire évoluer les toiles et la peinture» et renvoie à «une intelligence dans la démarche». Une démarche d'un artiste s'estimant «subversif», et pour lequel l'intelligence réside dans l'habileté à «traiter différents thèmes, sans être agressif, exprimer des idées, pacifiquement, à l'aide du pinceau, en glisser des symboles pour dénoncer certaines questions de l'époque».

Son inspiration puise énormément dans la mythologie gréco-romaine, du sanskrit, de la mythologie, tout en se référant en même temps au vécu dans lequel il évolue. Et toutes ses démarches transitent par Carthage et la mémoire historique d'un artiste qui creuse dans l'intemporalité et arrive à tout adapter.

L'exposition offre une ballade visuelle et spirituelle, dans une riche collection de 72 toiles, de différents formats, qui mérite le détour.

Ajouté le : 14-02-2018

Tunisie

Top 20 RFI - Le Tunisien Hamdi Harbaoui est de retour

Avec son huitième but en Belgique, le Tunisien Hamdi Harbaoui réintègre le Top 20 RFI. Un… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.