13 Février 2018

Congo-Kinshasa: La MONUSCO et l'Unicef fustigent le recrutement des enfants soldats dans les rangs des groupes armés

communiqué de presse

Le jeudi 12 février coïncide avec la commémoration de la journée internationale des enfants soldats. Le constat est accablant. Tous les jours, des dizaines d'enfants continuent à vivre des expériences tragiques dans la brousse sous le joug des groupes armés.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 2017, le phénomène du recrutement et l'utilisation d'enfants par les groupes armés en RDC est encore en nette augmentation avec un total de 3,823 cas de violations graves des droits de l'enfant dans le contexte du conflit armé en République Démocratique du Congo (RDC), soit une augmentation de 66% par rapport à l'année précédente.

Le Nord-Kivu se taille la part du lion. En 2017, 179 enfants (177 filles, 2 garçons) ont été victimes des violences sexuelles. Les FARDC et la PNC semblent être les principaux auteurs de violence sexuelle commises à l'encontre des enfants, avec 57 cas vérifiés en 2017. Dans de nombreux cas, les enfants ont été directement pris pour cible, recrutés et utilisés comme fétiches, combattants, espions, porteurs, boucliers humains, esclaves sexuels, etc.

Dans son exposé consacré justement à la problématique de l'utilisation des enfants soldats dans les groupes armés, à l'occasion du festival Amani, le Chef du bureau du Nord Kivu, Daniel Ruiz, a souligné que la MONUSCO, en référence à son mandat de protéger les civils y compris les enfants, continue à apporter un soutien considérable au Gouvernement de la RDC afin de protéger les enfants affectés par les conflits armés.

En 2017, ajoute Daniel Ruiz, « au total, 2,360 enfants dont 271 filles et 2,089 garçons ont été séparés des groupes et milices armés en RDC.

Au Nord-Kivu, la plupart des enfants ont été séparés principalement des groupes armés Nyatura, Rayia Mutomboki, Mai Mazembe, FDLR FOCA et NDC-Rénové. Parmi ces enfants séparés, 1,031 dont 128 filles et 921 garçons ont été recrutés et séparés durant l'année 2017. Environ 40 autres groupes ont été identifiés comme recruteurs d'enfants durant l'année 2017 ».

C'est dans ce contexte que le Chef du bureau du Nord Kivu a loué les FARDC pour leurs efforts de mettre fin au recrutement d'enfants au sein de l'armée gouvernementale. Comme résultat de ces efforts, a poursuivi Daniel Ruiz, « en octobre 2017, les FARDC ont été enlevées de la liste noire des Nations Unies pour recrutement d'enfants.

En conclusion, le Chef du bureau du Nord Kivu appelle à la vigilance et au renforcement des dispositifs mis en place pour s'assurer que la justice militaire sanctionne sévèrement les militaires et les éléments des groupes qui seraient coupables des violations des droits des enfants.

De son côté, Thierry Dentice, chef de bureau de l'Unicef zone Est, a lancé un appel pressant aux différents groupes armes actifs dans le pays pour qu'ils libèrent les enfants de leurs rangs. Le recrutement et l'utilisation des enfants dans les groupes armés, avertit-il, constituent une violation grave des droits de l'enfant.

Congo-Kinshasa

Justice - Des sociétés de télécommunications accusées d'intégrer le système politique du pays

Les ONG dénonciatrices ont visé Vodacom, Orange, Airtel et Africell, qu'elles ont accusées d'avoir… Plus »

Copyright © 2018 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.