14 Février 2018

Ethiopie: La libération d'Eskinder Nega doit marquer le début d'une nouvelle ère de respect des droits humains

communiqué de presse

En réaction à l'annonce de la libération du journaliste éthiopien Eskinder Nega, prisonnier d'opinion adopté par Amnesty International, le 14 février à la faveur d'une grâce gouvernementale accordée à 746 détenus, Sarah Jackson, directrice régionale adjointe pour l'Afrique de l'Est, la Corne de l'Afrique et la région des Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré :

« Nous nous réjouissons qu'Eskinder Nega ait enfin été libéré, après près de sept ans d'emprisonnement pour des accusations de terrorisme forgées de toutes pièces.

Nous espérons que la libération de ce courageux journaliste et de plusieurs centaines d'autres détenus marquera le début d'une nouvelle ère en ce qui concerne le traitement des dissidents politiques par le gouvernement : une ère de tolérance et de respect des droits humains.

« Le gouvernement éthiopien doit faire preuve de bonne foi et libérer les centaines d'autres prisonniers d'opinion qui sont toujours détenus pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d'expression.

« Les autorités doivent également prendre des mesures en vue de réformer le système judiciaire qui a permis la détention arbitraire et la torture de dissidents.

Elles pourraient commencer par un examen de la très sévère Loi relative à la lutte contre le terrorisme, qui a été utilisée injustement et sans merci pour priver des dissidents de leur liberté.

« Si le gouvernement éthiopien est réellement déterminé à ouvrir un nouveau chapitre, il doit diligenter une enquête indépendante et impartiale sur les allégations de torture et d'autres mauvais traitements infligés à des détenus et faire en sorte que les responsables présumés soient traduits en justice sans délai dans le cadre de procès équitables. »

Andualem Arage et Bekele Gerba, deux membres de l'opposition et prisonniers d'opinion adoptés par Amnesty International, ont également été libérés, respectivement les 14 et 13 février.

Complément d'information

Lorsqu'il a été arrêté, Eskinder Nega était rédacteur en chef du journal Satanaw. Il avait été arrêté après avoir publié un article sur le Printemps arabe dans lequel il se demandait si un tel mouvement populaire en faveur de la démocratie pourrait prendre en Éthiopie.

Il avait été inculpé d'avoir fourni un soutien à des terroristes, selon les termes de la très sévère Loi relative à la lutte contre le terrorisme, et avait été condamné à 18 ans d'emprisonnement.

Ethiopie

La paix entre Ethiopie et l'Erythrée tributaire du respect complet de l'accord d'Alger

- Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a salué les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Amnesty International. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.