15 Février 2018

Angola: La reine Njinga Mbande - La guerrière diplomate

Njinga Mbande, diplomate et cheffe militaire du 17ème siècle, a combattu par tous les moyens la puissance coloniale portugaise et est considérée comme la plus grande personnalité féminine face au colonialisme.

Née dans la region de Ndongo, l'actuel Angola, autour de 1583 et morte le 17 décembre 1663 dans la région de Matamba, Njinga Mbande est une diplomate et cheffe militaire du 17ème siècle. Toute sa vie elle a combattu par tous les moyens la puissance coloniale portugaise, ce qui lui vaut, encore aujourd'hui d'être considérée comme la plus grande personnalité féminine face au colonialisme.

Le combat d'une vie

Elle a combattu l'administration coloniale portugaise naissante durant toute sa vie au 17 ème siècle, en utilisant à la fois ses compétences diplomatiques et militaires, dans ce qui constitue l'Angola actuel. On retient également d'elle son caractère impitoyable, qui l'a conduit, par exemple, à tuer son neveu pour obtenir le trône de Ndongo, ou encore pour avoir facilité la traite des esclaves sur son territoire, en concluant des accords avec les Portugais et les Néerlandais pour leur livrer des esclaves. Par ailleurs, elle a également été accusée de cannibalisme, elle qui avait adopté les coutumes de ses alliés, les Imbangala.

Njinga, l'intraitable

En 1622, le souverain Ngola Mbande, le frère de Njinga, l'envoya à Luanda pour négocier un traité de paix pour la région de Ndongo avec le gouverneur portugais. Après s'être vue donner un tapis au lieu d'une chaise pour s'asseoir (ce qui signifiait qu'elle était considérée comme une subordonnée), Njinga demanda à une de ses servantes de s'agenouiller par terre et de servir de chaise humaine. Elle continua alors les négociations d'égal à égal.

Njinga, l'éduquée

Elle parlait le portugais, ainsi que de nombreuses langues locales. Grâce à des contacts développés très tôt avec les missionnaires et les marchands portugais, elle était également instruite : elle écrivait elle-même ses correspondances pour les négociations avec les souverains coloniaux. Elle était d'une sensibilité sans pareil sur les questions diplomatiques et militaires, ce qui lui conférait un certain avantage dans ses négociations avec les Portugais et les Néerlandais.

Njinga la combattante

Njinga a été introduite à l'art de la guerre par son frère, le roi Kiluanji. Durant son règne, elle se battait comme un soldat en première ligne, pour mettre en avant sa masculinité. D'après certains historiens, Njinga refusa par la suite le titre de « Reine ». Elle se voyait comme un roi, devenant socialement un homme, avec un harem composé d'hommes et de nombreux concubins mâles habillés comme des femmes.

Angola

Le secteur se lance aux actions d'éducation sexuelle

Le secteur de la santé reproductive dans la province de Cunene réalise des ateliers dans les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.